Cancer de l’endomètre : des schémas adjuvants associant des taxanes et du platine s’avèrent efficaces dans une étude japonaise

  • Nomura H & al.
  • JAMA Oncol
  • 21 mars 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patientes à haut risque atteintes d’un cancer de l’endomètre, un traitement adjuvant par docétaxel et cisplatine ou par paclitaxel et carboplatine a démontré une survie similaire au traitement standard par doxorubicine et cisplatine.
  • Les trois schémas présentaient un profil de toxicité différent. 
    • Les toxicités hématologiques étaient moins fréquentes avec les traitements à base de taxanes.
    • Les toxicités gastro-intestinales étaient plus fréquentes avec les schémas contenant du cisplatine, et les neurotoxicités avec le schéma paclitaxel et carboplatine.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les cliniciens peuvent choisir un traitement individualisé selon le profil de toxicité.
  • Les schémas à base de taxanes et de platine ont déjà démontré leur efficacité dans le cadre de la maladie avancée ou récidivante, mais leur utilisation dans un contexte adjuvant postopératoire n’a pas été évaluée.

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase III, multicentrique, randomisée a été menée par le groupe japonais d’oncologie gynécologique auprès de 788 patientes atteintes d’un cancer de l’endomètre de stade précoce et à haut risque, ou avancé et ayant fait l’objet d’une réduction tumorale optimale.
  • Les patientes ont été affectées de manière aléatoire pour recevoir l’association doxorubicine et cisplatine, l’association docétaxel et cisplatine ou l’association paclitaxel et carboplatine.
  • Financement : Subvention de recherche pour les Sciences du travail et de la santé.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 7 ans. 
  • Aucune différence statistique n’a été observée entre l’association doxorubicine et cisplatine, l’association docétaxel et cisplatine, et l’association paclitaxel et carboplatine au niveau des résultats suivants :
    • taux de SSP à 5 ans : 73,3 %, 79,0 % et 73,9 %, respectivement (P bilatérale = 0,12) ;
    • taux de SG à 5 ans : 82,7 %, 88,1 % et 86,1 %, respectivement (P bilatérale = 0,67).
  • La leucopénie, la neutropénie, la neutropénie fébrile et l’anémie étaient moins fréquentes avec les schémas à base de taxanes.
  • Les toxicités gastro-intestinales étaient plus fréquentes avec les schémas à base de cisplatine.
  • L’incidence de neurotoxicité était plus élevée avec l’association paclitaxel et carboplatine.
  • Les interruptions de traitement liées à des événements indésirables étaient plus fréquentes avec l’association paclitaxel et carboplatine (12,2 %), comparativement à l’association doxorubicine et cisplatine (6,5 %) et à l’association docétaxel et cisplatine (5,7 %).

Limites

  • Étude menée en ouvert.