Cancer de l’endomètre de stade IIIC : l’administration de la chimiothérapie en premier est supérieure à la RCT concomitante

  • Gynecol Oncol
  • 6 août 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patientes atteintes d’un carcinome de l’endomètre de stade IIIC, le recours à la chimiothérapie avant la radiothérapie externe (RTE) est en augmentation, tandis que le recours à la radiothérapie avant la chimiothérapie est en baisse.
  • L’administration de la chimiothérapie avant la radiothérapie permet d’améliorer la survie, comparativement à un traitement concomitant.
  • La survie obtenue est similaire avec la séquence chimiothérapie–radiothérapie et avec la séquence radiothérapie–chimiothérapie.

Pourquoi est-ce important ?

  • La séquence optimale de la radiochimiothérapie (RCT) est controversée chez ces patientes. Dans le cadre de l’essai PORTEC-3, la séquence radiothérapie-chimiothérapie a amélioré la SSP, mais n’a pas démontré de bénéfice de SG. 
  • Une étude de validation prospective est nécessaire.

Protocole de l’étude

  • 6 981 patientes atteintes d’un carcinome de l’endomètre de stade IIIC ont été traitées par radiochimiothérapie adjuvante.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane de la cohorte était de 43 mois.
  • Entre 2004 et 2015, le recours à la chimiothérapie avant la radiothérapie est passé de 39,9 % à 75,5 %, tandis que le recours à la radiothérapie avant la chimiothérapie est passé de 34,0 % à 4,4 % (P 
  • Comparativement à la séquence chimiothérapie–radiothérapie, le risque de mortalité était :
    • plus élevé avec un traitement concomitant (rapport de risque [RR] : 1,47 ; IC à 95 % : 1,31–1,66) ;
    • non significativement différent avec la séquence radiothérapie–chimiothérapie (RR : 1,01 ; IC à 95 % : 0,86–1,19).
  • La mortalité était 25 % plus élevée (RR : 1,25 ; IC à 95 % : 1,13–1,39) chez les patientes ayant reçu une radiothérapie en premier (séquence radiothérapie–chimiothérapie ou traitement concomitant), comparativement à la séquence chimiothérapie–radiothérapie.

Limites

  • Étude rétrospective.