Cancer de l’endomètre avancé : l’ajout de nouveaux agents n’améliore pas la SSP

  • Aghajanian C et al.
  • Gynecol Oncol
  • 24 mai 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les associations du traitement standard par paclitaxel et carboplatine avec du bévacizumab, du temsirolimus ou de l’ixabépilone n’améliorent pas la SSP ou le taux de réponse globale (TRG), par rapport au traitement par paclitaxel et carboplatine chez les patientes atteintes d’un cancer de l’endomètre avancé.
  • La mutation TSC2 a constitué un biomarqueur potentiel pour le temsirolimus et la mutation CTNNB1 pour le bévacizumab.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le bévacizumab, le temsirolimus et l’ixabépilone ont démontré une activité en monothérapie dans le cadre d’études préalables.

Protocole de l’étude

  • Étude de phase II menée auprès de 349 patientes atteintes d’un cancer de l’endomètre avancé et affectées de manière aléatoire pour recevoir un traitement par paclitaxel et carboplatine avec du bévacizumab, paclitaxel et carboplatine avec du temsirolimus, ou ixabépilone et carboplatine avec du bévacizumab.
  • Les patientes recevant un traitement par paclitaxel et carboplatine dans le cadre de l’étude 209 du groupe d’oncologie gynécologique ont constitué des témoins historiques.
  • RR ≤ 0,65 pour la signification clinique.
  • Financement : Institut national du cancer (National Cancer Institute).

Principaux résultats

  • Dans les groupes paclitaxel et carboplatine avec du bévacizumab, paclitaxel et carboplatine avec du temsirolimus, et ixabépilone et carboplatine avec du bévacizumab :
    • la SSP n’était pas supérieure, par rapport au traitement par paclitaxel et carboplatine (RR : 0,81, 1,22 et 0,87, respectivement ; P > 0,039).
    • Taux de toxicités de grade 4 : 65 %, 53 % et 51 %, respectivement.
    • Arrêts liés aux toxicités : 23 %, 21 % et 26 %, respectivement.
    • Le TRG était de 59 %, 55 % et 53 %, respectivement, contre 51 % dans la cohorte historique ayant reçu l’association de paclitaxel et de carboplatine.
  • La SG à 36 mois était meilleure avec l’ajout de bévacizumab, par rapport au traitement par paclitaxel et carboplatine (P 
  • La mutation TSC2 a constitué un prédicteur significatif d’amélioration de la SSP avec le temsirolimus (RR : 0,11 ; IC à 95 % : 0,02–0,79).
  • La mutation CTNNB1 a prédit la réponse avec le bévacizumab (RR : 0,73 ; IC à 95 % : 0,60–0,91).

Limites

  • Échantillon de petite taille.