Cancer de l’endomètre à haut risque : la radiochimiothérapie adjuvante prolonge la survie

  • de Boer SM
  • Lancet Oncol
  • 22 juil. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un cancer de l’endomètre à haut risque (CEHR), la radiochimiothérapie (RCT ; chimiothérapie adjuvante administrée pendant et après la radiothérapie) prolonge la SG et la survie sans échec (SSE), par rapport à la radiothérapie pelvienne seule.
  • Un bénéfice significatif en termes de survie a été observé chez les patientes atteintes d’un cancer de stade III ou de cancers séreux.

Pourquoi est-ce important ?

  • La RCT peut devenir un nouveau traitement de référence, en particulier pour les femmes atteintes d’un cancer de l’endomètre de stade III ou de cancers séreux, ou des deux.

Protocole de l’étude

  • Une analyse post-hoc a été réalisée à partir de l’essai de phase III PORTEC-3, mené auprès de 660 femmes atteintes d’un CEHR, affectées de manière aléatoire pour recevoir une RT ou une RCT (2 cycles de cisplatine pendant la RT, puis 4 cycles de carboplatine-paclitaxel).
  • Financement : Société néerlandaise du cancer.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 72,6 mois.
  • À 5 ans, la RCT, par rapport à la RT seule, a significativement amélioré :
    • la SG (81,4 % contre 76,1 % ; rapport de risque corrigé [RRc] : 0,70 ; P = 0,034) ;
    • la SSE (76,5 % contre 69,1 % ; RRc : 0,70 ; P = 0,016).
  • La RCT a significativement amélioré la survie dans le cadre :
    • du cancer de stade III : SG (RRc : 0,63 ; P = 0,043) et SSE (RRc : 0,61 ; P = 0,011) ;
    • du cancer séreux : SG (RRc : 0,48 ; P = 0,037) et SSE (RRc : 0,42 ; P = 0,008).
  • Les métastases à distance étaient plus fréquentes avec la RT (RR : 0,74 ; P = 0,047).
  • Les taux d’événements indésirables (EI) de grade supérieur ou égal à 3 étaient similaires entre les groupes.
  • Les EI de grade supérieur ou égal à 2 étaient plus fréquents dans le groupe RCT (38 % contre 23 % ; P = 0,002).
  • La neuropathie sensorielle de grade supérieur ou égal à 2 était plus fréquente avec la RCT (6 % contre 0 %).

Limites

  • Protocole en ouvert.