Cancer colorectal : une augmentation progressive de la dose de régorafénib améliore sa sécurité d’emploi

  • Lancet Oncol

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’instauration d’un traitement par régorafénib à une dose de 80 mg/jour, avec une augmentation de 40 mg par semaine jusqu’à atteindre 160 mg/jour, était aussi efficace et moins toxique que la stratégie d’administration standard (160 mg/jour) dans le cadre du cancer colorectal métastatique réfractaire.

Pourquoi est-ce important ?

  • Divers schémas posologiques sont utilisés pour réduire la fatigue et la réaction cutanée main-pied, qui accompagnent souvent la prise de régorafénib, mais aucun n’est appuyé par des données probantes cliniques.

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase II multicentrique a été menée en ouvert (ReDOS ; n = 116).
  • Les patients ont été affectés de manière aléatoire selon un rapport de 1:1:1:1 pour recevoir la dose standard ou une dose progressive, associée à la prise préemptive ou réactive de clobétasol.
  • Financement : Bayer HealthCare Pharmaceuticals.

Principaux résultats

  • Les chercheurs ont combiné les groupes avec prise préemptive et réactive en raison de l’absence d’une interaction significative (P = 0,74).
  • La SG était meilleure dans le groupe avec dose progressive, bien que le résultat n’ait pas atteint le seuil de significativité statistique (rapport de risque corrigé [RRc] : 0,742 ; P = 0,18).
  • Un nombre plus important de sujets dans le groupe avec dose progressive a commencé le cycle 3 (43 % contre 26 % ; valeur P unilatérale = 0,043).
  • Les événements indésirables de grades 3–4 les plus fréquents comprenaient la fatigue (13 % dans le groupe avec dose progressive, contre 18 % dans le groupe avec dose standard), la réaction cutanée main-pied (15 % contre 16 %), la douleur abdominale (17 % contre 6 %) et l’hypertension (7 % contre 15 %).

Limites

  • Échantillon de petite taille.