Cancer colorectal pT1 : une chirurgie est-elle nécessaire après une résection endoscopique ?

  • Gastrointest Endosc

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une prise en charge conservatrice après une résection endoscopique d’un cancer colorectal invasif sous-muqueux (CCR pT1) semble raisonnable pour des lésions à faible risque et, éventuellement, dans certains cas à haut risque.
  • Dans le cas de lésions à haut risque, la récidive est d’environ 10 % et la mortalité spécifique à la maladie est inférieure à 4 % dans cette méta-analyse ; les cliniciens doivent trouver un juste équilibre entre le risque chirurgical et ces valeurs.

Pourquoi est-ce important ?

  • La meilleure approche de prise en charge après une résection endoscopique d’un CCR pT1 est toujours sujette à débat.
  • L’endoscopie est une approche de plus en plus courante dans le monde.

Principaux résultats

  • Récidive et mortalité spécifique au cancer (MSC) pour des lésions à haut risque (valeurs cumulatives combinées ; IC à 95 %) :
    • 9,5 % (6,7–13,3 % ; I2 = 38,4 %) ; et
    • 3,8 % (2,4–5,8 % ; I2 = 0 %), respectivement.
  • Récidive et MSC pour des lésions à faible risque (valeurs cumulatives combinées) :
    • 1,2 % (0,6–2,5 % ; I2 = 0 %) ; et
    • 0,6 % (0,2–1,7 % ; I2 = 0 %), respectivement.
  • Taux d’incidence combinés de récidive et de MSC chez les patients à haut risque :
    • 11 (2–20 ; I2 = 43,3 %) ; et
    • 4 (1–7 ; I2 = 0 %) pour 1 000 patients-années, respectivement.
  • Et parmi les patients à faible risque :
    • 3 (IC à 95 % : 0–6 ; I2 = 0 %) ; et
    • 2 (IC à 95 % : 0–4 ; I2 = 0 %) pour 1 000 patients-années, respectivement.
  • Une légère hétérogénéité entre les publications a été identifiée.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse de 8 études, portant sur des patients présentant un risque faible (n = 650) ou élevé (n = 571) de CCR pT1, qui ont fait l’objet d’une résection endoscopique sans accompagnement chirurgical, avec un suivi d’au moins 12 mois, a été réalisée.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Les facteurs de risque histopathologiques n’ont pas été signalés de façon constante.