Cancer cervical : les taux sériques d’antigène du CE démontre une valeur pronostique

  • Charakorn C & al.
  • Gynecol Oncol

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patientes atteintes d’un cancer cervical nouvellement diagnostiqué, les taux sériques d’antigène du carcinome épidermoïde (Ag-CE) avant et après le traitement ont été associés au risque de récidive et de mortalité.
  • Les associations étaient plus robustes avec les taux sériques d’Ag-CE après le traitement, par rapport à avant le traitement.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’Ag-CE peut constituer un biomarqueur pronostique utile chez les patientes atteintes d’un cancer cervical.

Conception de l’étude

  • Méta-analyse de 61 études évaluant les effets de l’Ag-CE sur la récidive et le décès des patientes atteintes d’un cancer cervical nouvellement diagnostiqué qui ont été identifiées après une recherche menée dans les bases de données MEDLINE et SCOPUS jusqu’en juin 2016.
  • Financement : non communiqué.

Principaux résultats

  • La plage limite d’Ag-CE avant le traitement était de 1,1–40,0 ng/ml.
  • Les patientes présentant des taux sériques élevés, plutôt que faibles, d’Ag-CE avant le traitement couraient un risque plus élevé de récidive (risque relatif [RRe] : 2,44 [P = 0,001] ; RR : 2,23 [P < 0,001]) et de décès (RRe : 3,18 ; RR : 2,50 ; différence moyenne non standardisée : 7,10 [P < 0,001, dans tous les cas]).
  • La plage limite d’Ag-CE après le traitement était de 1,5–3,5 ng/ml.
  • Les patientes présentant des taux sériques élevés, plutôt que faibles, d’Ag-CE après le traitement couraient un risque plus élevé de récidive (RRe : 3,91 [P = 0,001] ; RR : 3,14 [P = 0,012]) et de décès (RR : 3,92 [P = 0,001]).

Limites

  • Les études impliquaient différentes valeurs limites des taux sériques d’Ag-CE.
  • Le type de traitement primaire était inconnu.