Café et cancer de la vessie : l’association est-elle vraiment confirmée ?

  • Eur J Epidemiol

  • Par Nathalie Barrès
  • Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Les études épidémiologiques disponibles ne permettaient pas de conclure fermement à une relation entre la consommation de café et le risque de cancer de la vessie. Une récente étude vient de pooler les données disponibles sur le sujet afin de tenter d’y voir plus clair. Ainsi, 12 cohortes ont été incluses dans les analyses, soit 501.604 sujets. Celles-ci montrent que seuls les hommes fumeurs auraient un sur-risque de cancer de la vessie en lien avec la consommation de café. Mais cette spécificité liée au sexe et au tabac, laisse supposer que des facteurs confondants pourraient venir interférer dans la relation. D’autres études sont donc encore nécessaires avant d’émettre des conclusions fermes. 

Pourquoi cette étude est-elle intéressante ?

Ce cancer est le 10ecancer parmi les plus fréquents au niveau mondial, et son incidence serait plus élevée en Europe et en Amérique du Nord, ainsi que chez les hommes et les individus âgés. Certains produits chimiques, ainsi que certains contaminants présents dans l’eau et le tabac, sont des facteurs de risques importants et bien identifiés. En revanche, l’incrimination du café fait toujours l’objet de débats. Compte tenu des coûts importants liés à sa prise en charge, il est essentiel de pouvoir mettre en évidence les facteurs de risque les plus fréquents.

Protocole de l’étude

Douze études internationales ont été incluses dans les analyses. Des interactions ayant été mises en évidence entre le sexe et le tabagisme, les analyses ont été stratifiées en tenant compte de ces deux paramètres.

Principaux résultats

Au total, 2.601 cas incidents de cancer de la vessie ont été notifiés (1.940 hommes et 661 femmes) au cours d’une durée moyenne de suivi de 12 ans. Environ 23% des cas ont déclaré boire plus de 500 mL de café par jour. Si la consommation moyenne de café était de 326 mL/j chez les non-fumeurs, elle atteignait 446 mL/j chez les fumeurs.

Après ajustements, le risque de cancer de la vessie était augmenté de 75% chez les hommes fumeurs actifs et de 44% chez les anciens fumeurs par rapport aux hommes qui n’avaient jamais fumé. Le risque de cancer de la vessie augmentait chez ces sujets en fonction de la dose de café ingérée. Un sur-risque apparaissait chez les hommes fumeurs au-delà de 4 tasses par jour (500mL/j), et augmentait de 7% pour chaque tasse (125 mL) supplémentaire. Des données expérimentales ont suggéré que l’effet de la caféine pourrait être plus faible chez les fumeurs, car la métabolisation de celle-ci par le cytochrome P450 1A2 serait favorisée. Cela conduirait à une sur-consommation du café chez les fumeurs.

Cependant, le fait que cette association n’ait été retrouvée que pour les hommes fumeurs laisse suggérer que des facteurs confondants liés au tabagisme pourraient interférer. De nouvelles études expérimentales et la compilation de données observationnelles sont donc encore nécessaires avant de pouvoir réellement statuer sur le risque de cancer de la vessie en lien avec la consommation de café.