Bypass gastrique : le suivi des carences et déficits en minéraux et vitamines doit s’envisager sur le long terme

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Le « bypass » gastrique avec anse en Y de Roux est l’un des traitements parmi les plus efficaces en cas d’obésité morbide. Cependant, compte tenu des altérations du tractus gastro-intestinal après la procédure chirurgicale, les patients présentent souvent des carences et déficits nutritionnels. Ceux-ci peuvent conduire à des complications hématologiques (ex. anémie, leucopénie, thrombocytopénie), neurologiques (ex. myéloneuropathie, encephalopathie de Wernicke, parasthésie) et musculosquelettiques (ex. ostéoporose, douleur osseuse, fractures). Les carences et déficits en vitamines et minérales rapportées concernent le fer (47%-66%), la vitamine B12 (37-50%), les folates (15%-38%), la vitamine D (20%-51%) et le calcium (±10%). Cependant, peu de données existent sur ce problème et le suivi des patients est souvent limité. La supplémentation quotidienne en minéraux et vitamines est généralement recommandée après l’intervention mais l'observance de ces traitements chroniques diminue souvent avec le temps. Une étude a évalué le statut nutritionnel à long terme de sujets en obésité morbide qui ont initialement arrêté le suivi après un « bypass » gastrique avec Roux-en-Y.

Méthodologie

  • Analyse rétrospective de données collectées en prospectif.
  • Les patients éligibles devaient être âgés de plus de 18 ans, avoir subi un « bypass » gastrique avec Roux-en-Y par laparoscopie entre janvier 2000 et décembre 2008 pour obésité sévère (IMC35 kg/m2) ou obésité morbide (IMC40kg/m2) et présenter un diabète de type 2. Ils étaient invités par courrier à une visite de suivi à long terme. Ils recevaient une relance par courrier puis étaient contactés par téléphone s’ils ne donnaient pas de réponse au courrier d’invitation.
  • Les patients diabétiques de type 2 étaient enrôlés dans un programme de suivi strict incluant des tests en laboratoire.
  • Les données suivantes ont été enregistrées : date et type d’opération, antécédents médicaux, taille, poids, IMC, perte de poids, médicaments et complexes en vitamines administrés, résultats des tests de laboratoire réalisés au cours du suivi régulier à 2, 3, 5, 9, 12, 18 et 24 mois après l’intervention, puis annuellement.
  • Le critère principal d’évaluation était les déficits nutritionnels à long terme en fer, vitamine B12 et vitamine D.
  • Les critères secondaires étaient les déficits dans les autres vitamines et minéraux administrés ainsi que la compliance.
  • La limite inférieure normale était utilisée pour définir les déficits. L’anémie a été définie en utilisant le taux d’Hb, le déficit en fer à partir des taux de ferritine. Les patients ont été divisés en deux groupes : ceux qui prenaient toujours des suppléments vitaminiques lors des visites de suivi (patients ayant une bonne observance) et ceux qui les ont arrêtés (patients ayant une mauvaise observance). L’observance était définie sur la base d’une prise quotidienne de vitamines durant au moins 6 jours par semaine.

Rés...