BWGE : Soufflez le chaud en cas d’allergie alimentaire de l’enfant

  • Dr Dominique-Jean Bouilliez

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L'allergie alimentaire peut être consécutive à l'absence de développement d'une tolérance naturelle ou à la perte de cette tolérance. Elle peut heureusement être restaurée, soit de manière naturelle avec le temps (40 % de tolérance naturelle à 48 mois), soit avec une immunothérapie, soit avec l'aide de médicaments. L'induction de tolérance est un processus actif, ce qui explique qu'au cours de son développement, le taux d'anticorps anti-IgE n'est pas toujours réduit ou négatif tandis que les tests cutanés peuvent rester positifs. Plusieurs mécanismes peuvent expliquer ce fait parmi lesquels l'induction de cellules TReg, le blocage des anticorps ou encore des variations dans les taux lorsqu'ils « flirtent » avec la limite. Cette tolérance s'installe vers 12-18 mois chez l'enfant allergique, les 5 principaux aliments incriminés étant le lait de vache, les œufs de poule, le blé, le soja et les pommes de terre.
Le lait de vache





Pour conclure