Brexit : un impact sanitaire d’ampleur méconnue


  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À la suite de l’annonce du premier ministre Boris Johnson d’une rapide sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne sans accord, le BMJ a publié un appel à la raison rédigé par plusieurs chercheurs britannique à l’adresse du gouvernement : « Soyez honnêtes et énumérez les nombreuses menaces qu’un no deal Brexit aurait sur la santé » l’exhortent-ils, tout en reconnaissant la difficulté d’une telle évaluation. Dans cet article, ils dressent ainsi la liste des multiples sujets et des nombreuses inconnues qui s’y rattachent.

Les problèmes créés ou exacerbés par le Brexit seront nombreux dans les domaines de l’économie, du commerce, de la législation ou de l’alimentation… tous peuvent directement ou indirectement influencer le niveau de santé des britanniques. Les auteurs évoquent par exemple l’incidence d’une récession sur le taux de chômage, dont les conséquences médico-sociales ont déjà été décrites, ou l’augmentation des prix et de la tension d’approvisionnement des produits alimentaires.

Sur le plan sanitaire, le rapport Yellowhammer (un document gouvernemental confidentiel sur les risques liés à une sortie de l’UE sans accord préalable qui a fuité récemment), évoque clairement les conséquences particulièrement graves attendues sur l'approvisionnement en médicaments, en dispositifs médicaux et en isotopes médicaux. Des incertitudes planent aussi sur le plasma et les produits dérivés du sang. Les pouvoirs publics ont demandé aux sociétés pharmaceutiques, de dispositifs médicaux et consommables cliniques approvisionnant le Royaume-Uni de disposer d'au moins six semaines d'approvisionnement supplémentaire en plus de leurs activités habituelles. Mais les difficultés pourraient durer plus longtemps, la Commission européenne ayant indiqué qu’une sortie « sans accord » imposerait des contrôles pouvant créer des retards d’accès par mer jusqu’à six mois.

Par ailleurs, des tensions en termes de moyens humains en santé et encore plus dans le domaine social sont à attendre des conséquences du Brexit sur les flux des personnes ou sur la précarisation d’une partie de la population du fait de la récession. Sans oublier le retour de dizaines de milliers de retraités britanniques installés à l’étranger et que le système de santé devra réintégrer …

Aussi concluent-ils : « Le gouvernement a assuré que les politiques relatives au Brexit ne feraient pas de tort à la santé. Notre analyse estime cela peu fiable. »