BPCO : la réadaptation pulmonaire instaurée peu après l’hospitalisation permet de sauver des vies

  • Lindenauer PK & al.
  • JAMA
  • 12 mai 2020

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une réadaptation pulmonaire instaurée dans les 90 jours suivant la sortie de l’hôpital pour la prise en charge de la bronchopneumopathie obstructive chronique (BPCO) est associée à une amélioration de la survie de 37 % à 1 an, par rapport à une réadaptation instaurée après 90 jours ou à l’absence de réadaptation.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un éditorial d’accompagnement indique que ce traitement efficace pour la BPCO doit être utilisé « de manière systématique et proactive », et que les résultats devraient encourager les systèmes de soins de santé à souligner l’importance des services de réadaptation pulmonaire pour ces patients.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte rétrospective a porté sur 197 376 patients bénéficiaires du programme Medicare (bénéficiant d’une couverture par remboursement du paiement à l’acte) hospitalisés pour cause de BPCO en 2014.
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH).

Principaux résultats

  • 19,4 % des patients hospitalisés sont décédés dans l’année ayant suivi leur sortie de l’hôpital, dont 7,3 % qui avaient commencé une réadaptation pulmonaire dans les 90 jours ayant suivi leur sortie de l’hôpital et 19,6 % qui l’avaient commencée après 90 jours ou n’en avaient pas fait l’objet.
  • L’instauration d’une réadaptation pulmonaire dans les 90 jours a été associée à un risque plus faible de décès sur une période de 1 an, avec une différence de risque absolu de -6,7 % (rapport de risque [RR] : 0,63 ; P 
  • Chaque série supplémentaire de trois séances de réadaptation pulmonaire a été associée à un risque de décès plus faible (RR : 0,91 ; P = 0,01).

Limites

  • Il s’agit d’une étude rétrospective et observationnelle.
  • Étude basée sur les données de demandes de remboursement.