BPCO : actualisation du guide de la HAS


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La stratégie gouvernementale « Ma santé 2022 » prévoit un volet « amélioration de la qualité et de la pertinence des soins » ayant pour but de promouvoir une structuration des parcours de soins d’une dizaine de maladies chroniques, assortie d’indicateurs de qualité. Il est piloté par la CNAM (Caisse nationale d’assurance maladie) et la HAS (Haute Autorité de santé). Quatre maladies ont été retenues pour 2020 : obésité, syndrome coronarien chronique, maladie rénale chronique et bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). C’est cette dernière qui a été choisie comme prioritaire, du fait de sa situation paradoxale : alors qu’elle touche 3 millions de personnes en France, elle reste largement sous-diagnostiquée et méconnue, y compris des professionnels de santé. Les dernières données disponibles ont montré qu’en 2013, environ 19.000 de décès étaient liés à cette pathologie, dont 48% en cause initiale. En 2014, le nombre d’hospitalisations pour exacerbation de BPCO se situait entre 100.000 et 160.000 selon l’indicateur retenu.

La CNAM et la HAS ont décidé de mettre à disposition des professionnels de santé et des patients trois outils complémentaires : un guide « Parcours de soins », un livret de 10 messages courts à destination des professionnels et une liste de 9 indicateurs de qualité du parcours. Le premier outil vient d’être publié.

Il reprend le guide paru en 2012, mais en tenant compte des nouvelles recommandations émises entretemps, notamment celles sur l’arrêt de la consommation de tabac (HAS, 2014), le traitement médicamenteux (SPLF – Société de pneumologie de langue française –, 2016), les exacerbations de BPCO (SPLF, 2017) et l’actualisation en 2018 de la recommandation du National Institute for Clinical Excellence (NICE) et de celle du Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease (GOLD).

En sus de l’actualisation de certains paragraphes, certains chapitres ont été ajoutés ou complètement mis à jour :

  • la coordination du parcours de santé ;

  • le sevrage tabagique ;

  • la promotion d’une activité physique et sportive ;

  • le suivi nutritionnel et la prise en charge des troubles nutritionnels ;

  • le traitement médicamenteux de fond ;

  • la prise en charge de l’aidant ;

  • les exacerbations de BPCO ;

  • les soins palliatifs.

De ce guide très complet, la CNAM souhaite mettre en exergue deux messages fondamentaux. D’une part, la coordination des professionnels est un élément-clef de la réussite des prises en charge, notamment entre ceux de l’hôpital et de la ville. D’autre part, le diagnostic précoce est facilité par le fait de poser systématiquement la question du tabagisme à tout nouveau patient, en particulier aux femmes.

La CNAM insiste également sur la nécessité de pratiquer une spirométrie avec test de réversibilité pour poser le diagnostic de BPCO, ainsi que sur l’arrêt du tabagisme, condition de l’efficacité de la prise en charge.