Boissons sans alcool mais pas sans risque

  • Mullee A & al.
  • JAMA Intern Med
  • 3 sept. 2019

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une étude menée sur une large cohorte européenne montre que la consommation de boissons non alcoolisées en général, de boissons sucrées et de boissons édulcorées, est associée à une augmentation de la mortalité toutes causes.
  • Les boissons édulcorées apparaissent liées à la mortalité par maladies circulatoires, tandis que les boissons sucrées sont associées à un surrisque de maladies digestives.
  • Face à ces résultats, les auteurs incitent les pouvoirs publics à décourager la consommation de ces boissons sans alcool.

 

Deux études américaines avaient déjà mis en évidence une association entre la consommation de boissons sans alcool et une mortalité toutes causes accrue. Mais l’impact de ces boissons sur la santé nécessitait d’être confirmé sur de plus larges populations et en dehors des États-Unis. À partir de la cohorte EPIC (European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition) issue de 10 pays européens, le lien entre boissons sans alcool (sucrées ou édulcorées), mortalité totale et mortalité causes spécifiques a été exploré.

Un risque de mortalité toutes causes fortement impacté par la consommation régulière de boissons édulcorées

Dans cette large cohorte de plus de 500.000 sujets, 451.743 ont pu être inclus dans l’étude. Ils avaient 50,8 ans d’âge moyen et 71,1% étaient des femmes. Les boissons sucrées étaient entendues comme comprenant les boissons gazeuses ou non, diluées à partir de sirops, et contenant des sucres ou des édulcorants artificiels. Au cours de la durée de suivi moyenne de 16,4 ans, 41.693 décès sont survenus, dont 43,2% par cancer, 21,8% par maladies circulatoires et 2,9% de maladies digestives. La mortalité toutes causes s’est montrée plus importante chez les sujets qui consommaient au moins 2 verres de boissons non alcoolisées par jour en comparaison de ceux qui en consommaient moins d’un verre par mois (HR 1,17 [1,11-1,22], p

Une association avec la mortalité liée aux maladies vasculaires et digestives

La mortalité liée aux maladies circulatoires a également été augmentée par la consommation régulière de boissons non alcoolisées (au moins 2 verres par jour vs moins d’1 verre par mois), avec un impact majeur des boissons édulcorées (HR 1,52 [1,30-1,78], pvsmoins d’1 verre par mois) ont pu être associées à un surrisque de décès par maladies digestives (HR 1,59 [1,24-2,05], p