Blockchains : comment rendre l’information patient utilisable par tous les acteurs de santé ?


  • Nathalie Barrès
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

« La blockchain est une technologie digitale permettant de stocker et de distribuer de l’information » rappelle le Dr Adnan EL BAKRI, CEO Pass Care by Innov Health et fondateur du Conseil national e-Santé. Une blockchain est une base de données qui contient l’historique des échanges effectués entre différents acteurs comme les professionnels de santé, qui stocke, distribue des informations de manière sécurisée et transparente et qui fonctionne sans organe de contrôle. L’objectif avec ces blockchains est également de recueillir des données de santé publique sur la prévention et le dépistage. Médecin de formation, chirurgien urologue, le Dr EL BAKRI s’est totalement investi dans le domaine des nouvelles technologies digitales appliquées à la médecine suite à ses recherches au CNRS. Cet atelier permettra de comprendre comment la blockchain peut aider à sécuriser, distribuer et partager l’information médicale et auprès de qui. Selon le Dr EL BAKRI, « Depuis 30 ans on a créé ce que l’on appelle des silos d’informations, c’est-à-dire que chaque système informatique est cloisonné, chaque structure médicale, chaque professionnel est intégré à un système, mais les systèmes ne sont pas interconnectés entre eux. De ce fait, il y a un manque important d’efficacité, dans la prise en charge des patients entre les différents acteurs et dans l’information médicale recueillie ». Il précise par ailleurs que« ce cloisonnement explique qu’à ce jour seulement 1% des données sont structurées et utilisées par l’intelligence artificielle ». 

Cet atelier abordera comment le citoyen, en prévention ou lorsqu’il est malade, garde la maîtrise de ses propres informations et distribue lui-même l’information via ces blockchains vers les différents professionnels quels que soient les systèmes informatiques à leur disposition. Les blockchains supplanteront-t-elles le DMP en apportant une proposition sécurisée, collaborative, avec des données restant la propriété des individus et une plus grande fluidité des interconnexions entre les différents acteurs de santé ? Une question que l’on est en droit de se poser.

Différentes propositions utilisant des blockchains sont déjà en cours de déploiement en France, avec l’appui de groupements de pharmaciens, d’assureurs ou de grandes entreprises. Certaines d’entre elles seront présentées lors de cet atelier.

« e-Santé et blockchains »

Mardi 26 mars 2019 de 16h30 à 18h00

Congrès e-Health World, Monaco

Session modérée par Thierry POYER, Conseiller technique e-santé du Gouvernement monégasque

Intervenants : Adnan EL BAKRI, Benjamin FARAGGI, Julien GEMIEUX, Magedouline NGAIR, Romain FINAS