Biomarqueurs du CCR : les métastases présentent une concordance élevée

  • EBioMedicine

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans le cadre du cancer colorectal (CCR), les métastases hépatiques et pulmonaires présentent une concordance élevée avec la tumeur primitive en termes d’analyse des biomarqueurs.
  • Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer le niveau de concordance entre les métastases péritonéales et les tumeurs primitives.

Pourquoi est-ce important ?

  • La tumeur primitive n’est pas toujours accessible pour faire l’objet d’une biopsie.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 61 articles (n = 3 565). Études incluses : foie (53 études ; n = 2 276), ganglions lymphatiques (30 études ; n = 1 123), poumons (37 études ; n = 438) et péritoine (17 études ; n = 132).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Concordance médiane entre le site métastatique et la tumeur primitive :
    • KRAS : 93,7 % (intervalle : 67–100 %) ;
    • NRAS : 100 % (90–100 %) ;
    • BRAF : 99,4 % (80–100 %) ;
    • PIK3CA : 93 % (42–100 %) ;
    • TIP53 : 92,9 % (73–100 %).
  • Discordances combinées :
    • KRAS : 8 % (IC à 95 % : 5–10 %) ;
    • BRAF : 8 % (IC à 95 % : 5–10 %) ;
    • PIK3CA : 7 % (IC à 95 % : 2–13 %) ;
    • dans l’ensemble : 28 % (IC à 95 % : 14–44 %).
    • Un biais de publication a été identifié dans les études portant sur KRAS et BRAF (test d’Egger : P = 0,01 pour les deux).
  • La concordance absolue médiane pour des biomarqueurs multiples était de 81 % (IC à 95 % : 5–95 %).

Limites

  • Les études incluses étaient rétrospectives et avaient des échantillons de taille limitée.