BIO : Quel diagnostic biologique de maladie de Lyme ?

  • Dr Sylvie Coito

  • JIM Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La borréliose de Lyme est due à des spirochètes du genre Borrelia : les espèces pathogènes responsables sont regroupées dans le complexe Borrelia burgdorferi sensu lato (B. burgdorferi sl). En Europe, on trouve essentiellement : B. burgdorferi sensu stricto (B. burgdorferi ss), B. garinii et B. afzelii. Après une piqûre de tique infectante, 95 % des sujets font une séroconversion sans signes cliniques. Seuls 5 % des sujets développent une infection active qui peut évoluer schématiquement en 3 phases :

1/ une phase précoce localisée avec un érythème migrans (EM) qui peut, en l'absence de traitement, évoluée en un

2/ stade précoce disséminé avec atteinte neurologique, articulaire, lymphocytome, cardiaque ou oculaire.

3/ Enfin, il existe une phase tardive (toujours en l'absence de traitement) avec une atteinte cutanée (Acrodermite Chronique Atrophiante [ACA]), une atteinte neurologique et une atteinte articulaire chronique Techniques diagnostiques : le diagnostic biologique direct




B. afzeliiB. garinii









Une sérologie positive ne signifie pas sérodiagnostic
.

La persistance des anticorps ne signifie pas persistance de l'infection.


Un test positif n'est pas synonyme de maladie.



Pour conclure