Bimekizumab : efficacité d’un anti-IL17A et -17F dans le rhumatisme psoriasique

  • Ritchlin CT & al.
  • Lancet
  • 8 févr. 2020

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • Un traitement par 16 ou 160 mg de bimekizumab administré durant 48 semaines permet d’améliorer la réponse clinique du rhumatisme psoriasique (RP) par rapport au placebo, avec une réponse significativement supérieure dès la 12e semaine.

  • L’étude montre une supériorité de la posologie à 160 mg par rapport à celle à 320 mg. Ce résultat devra être confirmé.

Le bimekizumab est un traitement expérimental qui cible à la fois l’IL-17A et l’IL-17F, deux interleukines impliquées dans le RP et qui présentent une large homologie structurale. Les premières données cliniques qui ont été obtenues avec le bimekizumab dans cette maladie ont incité la conduite d’un essai clinique de phase 2B versus placebo, dont les données sont parues dans The Lancet .

L’étude BE ACTIVE de phase 2b, randomisée, menée en double aveugle versus placebo a recruté des sujets de plus de 18 ans présentant une PR active et des symptômes associés depuis au moins 6 mois. Ils ont été randomisés contre placebo (1:1:1:1:1) entre 16 mg, 160 mg (± 320 mg en dose de charge) ou 320 mg de bimekizumab SC toutes les 4 semaines pendant 12 semaines, les sujets dans les bras placebo et 16mg ayant été ensuite réassignés entre les bras 160 et 320 mg jusqu’à la 48 e semaine.

L’atteinte cutanée également améliorée

Au total, 206 patients (51% d'hommes ; âge moyen 49 ans) ont participé, parmi lesquels 92% ont terminé l’étude versus placebo, le taux de patients atteignant au moins 50% d’amélioration à 12 semaines selon les critères ACR (ACR50, critère principal d’évaluation) était nettement supérieur dans les bras bimekizumab 16 mg et bimekizumab 160 mg avec ou sans dose de charge (respectivement 41%, 41% et 46% vs 7%, odds ratio (OR) compris entre 4,2 et 9,7, p significatif). Dans le groupe bimekizumab 320mg, ils étaient 24% à atteindre l’ACR50 (OR 3,7 [1,0-13,7], p=0,051).

Les critères secondaires concernant l’atteinte articulaire montrait que l’ACR20 était significativement supérieur dans tous les groupes de patients traités versus placebo. L’ACR70 à la semaine 12  était de son côté uniquement supérieur sous bimekizumab dans les groupes traités par 160 mg (20% sans dose de charge et 32% avec vs 5% sous placebo).

Chez ceux qui avaient au moins 3% de la surface globale corporelle atteinte, la réduction de 90% du score d’atteinte cutanée (PASI90) à la 12e semaine (critère secondaire) était supérieure dans les groupes bimekizumab 160 mg et 320 mg que dans le groupe placebo (entre 46 et 54% des patients vs 7% sous placebo).

Les réponses observées étaient maintenues à 24 et 48 semaines.

Concernant la tolérance, 57% des sujets sous placebo et 41% de ceux sous bimekizumab ont signalé des événements indésirables liés au traitement, la plupart étant légers ou modérés. Cependant, 9 événements indésirables sérieux liés au traitement sont survenus dont 4 durant les 12 premières semaines (otite, goitre, syndrome du canal carpien, cellulite, infection VHE...), et 1 sous placebo.