Bien-être des chirurgiens suite à la survenue de complications chez leurs patients : nouvelles recommandations


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude ayant exploré l’effet des complications des patients sur le bien-être des chirurgiens a révélé que ces complications peuvent influencer de façon négative les chirurgiens dans de multiples domaines, les auteurs recommandant une série de mesures pour remédier à ce problème. 

Les chercheurs ont examiné les données provenant de neuf séries de cas et d’études transversales, et ont découvert que, parmi l’ensemble des études, les chirurgiens étaient affectés sur le plan émotionnel après la survenue de complications, avec des conséquences néfastes sur leur vie professionnelle et personnelle.

Les auteurs ont formulé un certain nombre de recommandations pour remédier à ce phénomène, notamment la mise à disposition d’outils d’auto-évaluation afin que chaque chirurgien puisse mesurer objectivement son niveau de détresse et demander de l’aide si nécessaire. Ils affirment que les conséquences émotionnelles potentielles sur la santé des chirurgiens de la survenue de complications chez les patients doivent être reconnues par les chirurgiens en chef au sein de leur service et des groupes de professionnels en chirurgie. Des dispositions doivent par ailleurs être prises pour discuter de ce volet de la prise en charge des complications avec les équipes chirurgicales et les services de chirurgie.

Les auteurs ont également recommandé qu’une formation sur l’adaptation aux situations et sur la résilience émotionnelle devait être initiée tôt dans la formation médicale et être considérée comme une compétence chirurgicale fondamentale. 

Écrivant dans la revue JAMA Surgery, les auteurs ont déclaré : « Le principe primum non nocere (surtout ne pas nuire) tel qu’appliqué aux patients restant une pierre angulaire de la pratique médicale, il est nécessaire que la communauté chirurgicale adopte une philosophie similaire pour l’amélioration de la santé de la profession ».