AVC ischémiques : comment améliorer le taux de succès de la thrombectomie endovasculaire ?

  • Bourcier R & al.
  • JAMA Neurol
  • 22 janv. 2019

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Après un AVC ischémique de la circulation antérieure, la probabilité de reperfusion réussie se réduit avec l’augmentation du délai entre l’admission à l’hôpital ou le premier examen d’imagerie et le démarrage du traitement endovasculaire. Les auteurs appellent donc à optimiser les procédures hospitalières de façon à minimiser ce délai. 

Pourquoi cette étude a-t-elle été réalisée ?

Dans l’AVC ischémique, l’évolution clinique est fortement impactée par le délai entre la survenue des premiers symptômes et la reperfusion cérébrale. Mais peu d’études se sont penchées sur le facteur modifiable que représente le délai entre admission et accès fémoral et qui dépend uniquement des procédures hospitalières, sur le taux de reperfusion réussie. 

Méthodologie

Cette méta-analyse a été menée à partir des données individuelles du bras intervention de 7 essais randomisés appartenant au groupe HERMES (Highly Effective Reperfusion Using Multiple Endovascular Devices) qui avaient inclus des patients souffrant d’AVC ischémique avec obstruction des grosses artères cérébrales. Elle a examiné le taux de reperfusion réussie, définie par un grade 2b ou 3 sur l’échelle d’évaluation de la thrombolyse des infarctus cérébraux modifiée en fin de procédure (mTICI), en fonction du délai entre l’admission ou le premier examen d’imagerie et la ponction fémorale.

Résultats 

  • Sur les 728 patients inclus (âge moyen 65,4 ans, 47,4% de femmes), le temps médian entre la survenue des premiers symptômes et la ponction percutanée fémorale de 239 minutes, avec un écart interquartile de 184 à 299 minutes.
  • Le taux de reperfusion réussie après un AVC ischémique de la circulation antérieure a été associé à des temps plus courts entre l’admission ou le premier examen d’imagerie et l’accès fémoral.
  • Et inversement, une réduction du taux de perfusion réussie a été observée avec l’augmentation du délai entre l’admission ou le premier examen d’imagerie et la ponction de l’artère fémorale. La réduction relative était de 22% et 26% pour chaque heure supplémentaire entre l’admission ou le premier examen d’imagerie, et la mise en œuvre du traitement endovasculaire (odds ratio (OR) pour chaque heure supplémentaire entre admission et accès fémoral : 0,78 [0,64-0,95]) et OR : 0,74 [0,59-0,93] lorsque le premier examen d’imagerie était considéré).
  • Cependant, la reperfusion continuait à apporter un bénéfice, même en cas de délais plus important.

Limitations

Les différents critères d’inclusion utilisés dans les essais ont pu être source de biais.

Les caractéristiques des thrombus n’étaient pas analysées mais ont pu intervenir sur le taux de succès de reperfusion.

Le détail des procédures de reperfusion n’était pas connu.