AVC ischémique : L’asundexian, inhibiteur du facteur XIa, évalué en prévention secondaire

  • Shoamanesh A & al.
  • Lancet

  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

A retenir

  • Selon l’étude de phase 2b PACIFIC-Stroke, l’efficacité d’asundexian (inhibiteur du facteur XIa) n’est pas supérieure à celle du traitement conventionnel dans la prévention secondaire des récidives (cliniques ou détectées par l’IRM) d’AVC ischémique non cardioembolique, avec un critère secondaire de sécurité comparable au bras contrôle.
  • Une réponse dose dépendante n’a pas été observée, mais les analyses post-hoc suggèrent que la posologie maximale évaluée (50 mg/j) pourrait apporter une meilleure protection contre les récidives, notamment chez les patients atteints d'athérosclérose. Aussi, les données d’études de phase 3, plus puissantes, sont attendues.

Pourquoi cette étude est-elle importante ?

Malgré la prise en charge par un traitement antiagrégant plaquettaire, il existe un risque de récidive de 6% dans l’année suivant la survenue d’un accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique.

Étant donné que l’étude COMPASS a montré la supériorité d’une stratégie combinant une anticoagulation faible à un AAP (antiagrégant plaquettaire) par rapport à l’AAP seul (aspirine) pour prévenir le risque d’AVC chez des patients coronariens, l’intérêt d’une anticoagulation comparable en prévention secondaire suscite des interrogations. L’asundexian est un inhibiteur direct oral du facteur XIa, dont le taux est anormalement élevé chez les patients ayant eu un AVC ischémique. Les données d’une étude internationale de phase 2b ont été publiées dans The Lancet.

Méthodologie

L’étude de phase 2b multicentrique, randomisée, en double aveugle a recruté des patients de 45 ans et plus dans les 48 heures suivant la survenue d’un AVC non cardio-embolique. Ils ont été randomisés (1:1:1:1) entre 3 posologies d’asundexian (10, 20, 50 mg/j) et le placebo. Un IRM cérébral était réalisé à l’inclusion et à la 26e semaine. Le principal critère d’évaluation était un critère composite incluant l’incidence des AVC ischémiques symptomatiques et les AVC asymptomatiques détectés par l’IRM. Parallèlement, le critère principal de sécurité était un critère composite, incluant la survenue d’évènements hémorragiques majeurs ou non majeurs et cliniquement pertinents.

Principaux résultats

Au total, l’étude a inclus et traité 1.808 patients (âge moyen 67 ans, 34% de femmes) qui avaient eu un AVC moyennement symptomatique (score de sévérité NIHSS médian 2,0).

A 26 semaines, le critère principal a été observé chez respectivement 19%, 22% et 20% des patients ayant reçu 10, 20 ou 50 mg d’asundexian contre 19% de ceux sous placebo (sans différence statistique). Le critère principal de sécurité a, lui, été observé chez 4%, 3% et 4% de ces mêmes groupes asundexian contre 2% sous placebo (rapport de risque poolé sous asundexian non significatif).