AvBD11 : nom de code pour une protéine prometteuse


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’œuf de poule renferme de très nombreuses molécules destinées au développement et à la protection de l’embryon. Une équipe de scientifiques de l’INRAE (Institut national de la recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement), du CNRS (Centre national de la recherche scientifique), de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médical) et de l’Université de Tours s’intéresse à l’une d’entre elles : la protéine AvBD11. Logée dans la membrane vitelline, qui sépare le jaune du reste de l’œuf, elle possède des propriétés à la fois antimicrobiennes, anti-invasives (limitant la migration des cellules dans un substrat) et cytotoxiques.

Dans un travail publié par la revue Proceedings of the National Academy of Sciences , les chercheurs ont montré que contrairement aux autres molécules de sa famille des ß-défensines, elle possède deux domaines d’activité, qu’ils ont pu synthétiser. Un premier domaine est responsable des activités antibactériennes, antiparasitaires et anti-invasives de la protéine. En revanche, les activités antivirales et cytotoxiques n’ont été observées que pour la protéine entière.

Pour les chercheurs, AvBD11 possède vraisemblablement d’autres activités, à découvrir. Mais ils envisagent d’ores et déjà l’exploitation de ses activités biologiques en santé humaine, pour développer des agents thérapeutiques capables à la fois de cibler des maladies infectieuses et des dérèglements cellulaires du cancer.