Autisme : le premier test diagnostique biochimique démontre une précision élevée


  • Dawn O'Shea
  • Univadis Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude a confirmé la précision d’un test diagnostique biochimique révolutionnaire pour l’autisme.

Une équipe de recherche aux États-Unis avait publié l’année dernière ses travaux initiaux sur ce test physiologique pour l’autisme. Cette étude de suivi, publiée dans la revue Bioengineering & Translational Medicine, confirme sa capacité à identifier avec succès des enfants atteints d’un trouble du spectre autistique (TSA).

L’altération des voies du métabolisme monocarboné dépendant des folates (MMCF) et de la transsulfuration (TS) est impliquée dans les TSA. Une étude ayant impliqué une analyse multivariée a récemment rapporté des résultats très prometteurs concernant la prédiction du diagnostic de TSA. Cette dernière étude a comparé cinq algorithmes de classification sur des données existantes de métabolites du MMCF/de TS et a validé les résultats de classification avec de nouvelles données provenant d’une cohorte de patients atteints d’un TSA.

Les résultats de comparaison ont indiqué une sensibilité et une spécificité élevées pour l’ensemble de données initial et un taux de classification correcte allant jusqu’à 88 % pour la cohorte de patients atteints d’un TSA à un taux attendu de classification erronée de 5 % pour les témoins se développant normalement.

« Nous avons examiné des groupes d’enfants atteints d’un TSA sans lien avec notre étude précédente et nous avons obtenu une réussite similaire. Nous sommes en mesure de prédire avec une précision de 88 % si les enfants sont atteints d’autisme », a déclaré l’auteur principal, Juergen Hahn, chef du département d’ingénierie biomédicale de l’Institut polytechnique Rensselaer (Rensselaer Polytechnic Institute) à New York. « Cela est extrêmement prometteur. »