AUA 2018—Les comportements anormaux en matière de miction sont un facteur de gravité des symptômes des voies urinaires basses


  • Emily Willingham, PhD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les femmes atteintes de symptômes des voies urinaires basses, plus particulièrement lorsqu’elles présentent une vessie hyperactive (VHA), une miction préventive habituelle fait partie des facteurs associés aux symptômes plus graves.
  • Uriner avec effort et retarder la miction sont également des comportements fréquents, selon les résultats présentés lors de la réunion 2018 de l’American Urological Association.
  • Les auteurs appellent à de nouvelles études sur la manière dont ces « comportements mictionnels dysfonctionnels » impactent la gravité des symptômes des voies urinaires basses.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les femmes présentent fréquemment des symptômes des voies urinaires basses, notamment un besoin impérieux et subit d’uriner (VHA) et une perte du contrôle de la vessie.
  • L’association des comportements mictionnels dysfonctionnels et de ces symptômes est suspectée sans avoir été établie. 

Principaux résultats

  • Pratiquement toutes les femmes ont rapporté une forme de comportement mictionnel dysfonctionnel.
    • Miction prématurée, 79,9 % (n = 1 770).
    • Effort à la miction, 64,5 % (n = 1 429).
    • Miction retardée, 97,8 % (n = 2 166).
  • Pratiquement toutes les femmes (99,9 %) avaient un lieu préféré pour uriner.
  • 10,5 % évitaient les toilettes publiques.
  • La miction retardée était le plus souvent corrélée à la gravité des symptômes (p 

Protocole de l’étude

  • Transversale, n = 2 215, femmes issues de la population locale, âge moyen de 47,3 ans.
  • Questionnaires : Échelle du comportement mictionnel, Consultation internationale sur le questionnaire d’incontinence-vessie hyperactive.
  • Le résultat était la corrélation des scores avec les scores de comportement dysfonctionnel.
  • Financement : Institut national du diabète et des maladies digestives et rénales (National Institute of Diabetes and Digestive and Kidney Diseases).

Limites

  • Étude observationnelle, pas de preuve de causalité.