AUA 2018—L’analyse génomique du cancer de la prostate modifie le groupe de risque pour quelques patients


  • Emily Willingham, PhD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les hommes atteints d’un cancer de la prostate à risque faible à modéré (CPa), 8 patients sur 10 n’ont eu aucun changement de groupe de risque avec les résultats du Genomic Prostate Score (GPS), selon les résultats présentés lors de la réunion 2018 de l’American Urological Association.
  • Les hommes dont le groupe de risque a changé tendaient à passer dans un groupe à risque plus faible.
  • Selon les auteurs, ces analyses devraient être réservées aux patients dont les décisions concernant le traitement pourraient changer au vu de ces résultats.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’analyse utilisée ici, Oncotype DX Genomic Prostate Score Assay de Genomic Health, est destinée à guider le traitement dans les cas de CPa à faible risque ou de certains cas à risque intermédiaire (Score de Gleason [SG], 3+3, 3+4).

Principaux résultats

  • Sur 114 patients ayant bénéficié d’une analyse génomique, 108 avaient suffisamment de tissu.
  • 21 % (n = 23) ont changé de groupe de risque après les résultats de l’analyse.
  • Taux de changement entre les groupes de risque après analyse génomique :
    • 9/33 du groupe à faible risque au groupe à très faible risque.
    • 4/33 du groupe à faible risque au groupe à risque modéré.
    • 10/49 du groupe à risque modéré au groupe à faible risque.
  • Près de la moitié des analyses génomiques ont été demandées pour des patients présentant un risque modéré.

Protocole de l’étude

  • Conception rétrospective monocentrique.
  • Le résultat était un changement de groupe de risque selon les critères du National Comprehensive Cancer Network (NCCN) avec l’ajout des résultats de l’analyse génomique.
  • Attribution du risque basée sur les critères du NCCN pour le risque très faible/faible/modéré.
  • Financement : aucun.

Limites

  • Conception rétrospective, petits groupes.