AUA 2018—De nouvelles recommandations proposées pour la prescription d’opiacés après une chirurgie urologique


  • Emily Willingham, PhD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La prescription d’opiacés après une chirurgie urologique est très variable, mais l’observance d’une recommandation de prescription à 4 niveaux pourrait faciliter la normalisation des pratiques, selon deux études présentées lors de la réunion 2018 de l’Association américaine d’urologie (American Urological Association).
  • Pour 21 procédures réalisées dans trois centres de soins tertiaires, la prescription d’opiacés était fortement variable .
  • Le système à 4 niveaux proposé permet de stratifier la distribution d’opiacés par type d’intervention.

Pourquoi est-ce important ?

  • Alors qu’une épidémie de dépendance aux opiacés frappe le pays, les patients souffrant de douleur chronique ou faisant l’objet d’interventions chirurgicales doivent pourtant être soulagés.
  • Les études examinant la manière dont les urologues gèrent la prise en charge de la douleur après une intervention chirurgicale sont rares, et il n’existe aucune recommandation spécifique à l’urologie.

Principaux résultats

  • 78 % des patients ont reçu une prescription d’opiacés lors de leur sortie de l’hôpital.
  • Grands écarts interquartiles (EIQ) de dose pour certaines interventions (en équivalence de la dose de morphine orale [EMO]) ; par exemple, cystéctomie laparoscopique, EMO médiane : 300 (EIQ : 225–525).
  • Les auteurs de la deuxième étude ont proposé des recommandations de prescription à 4 niveaux (voir tableau) adoptées par les trois centres de soins :
    • La vasectomie est au niveau zéro, sans prescription d’opiacés attribuée.
    • Niveau 1a, exemple d’intervention : résection transurétrale d’une tumeur de la vessie, EMO maximale : 50–75 (p. ex., 10–15 comprimés d’hydrocodone 5 mg). 
    • Niveau 1b, exemple d’intervention : extraction urétéroscopique de calcul, EMO maximale : 100 (p. ex., 20 comprimés d’hydrocodone 5 mg).
    • Niveau 2, exemple d’intervention : néphrectomie partielle laparoscopique assistée par robot, EMO maximale : 200 (p. ex., 40 comprimés d’hydrocodone 5 mg).
    • Niveau 3, exemple d’intervention : néphrectomie partielle laparoscopique, EMO maximale : 300 (p. ex. 60 comprimés d’hydrocodone 5 mg).

Conception de l’étude

  • Sur 11 829 patients ayant fait l’objet d’interventions entre janvier 2015 et décembre 2016 dans trois centres de soins tertiaires, 9 229 ont reçu des prescriptions d’opiacés.
  • Recommandations rédigées par un groupe de travail pluridisciplinaire, basé sur les données de prescription historiques.
  • Financement : aucun.