Attaques terroristes : un impact indirect sur le fœtus masculin

  • Bruckner TA & al.
  • Int J Epidemiol
  • 24 juin 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

L’analyse des naissances franciliennes ayant encadré les attentats parisiens du 13 novembre 2015 met en évidence un nombre de naissances prématurées des fœtus masculins accru suite à l’évènement ainsi qu’un sex ratio déséquilibré en faveur des naissances de filles.

Ce résultat est comparable à celui qui a déjà été publié aux États-Unis à la suite des attentats du World Trade Center le 11 septembre 2001. Il suggère une fragilité accrue des fœtus masculins sous l’influence in utero de facteurs de stress.

Principaux résultats

Les auteurs ont analysé les données relatives aux naissances de tous les enfants franciliens de plus de 21 semaines de grossesse à partir de janvier 2011, afin d’analyser la variabilité relative à l’évènement par rapport à celle relevée sur les autres périodes. Au total, 1.049.057 naissances ont été intégrées à l’étude, dont 51% de garçons parmi lesquels le taux de naissances prématurées était supérieur à celui concernant les filles.

En novembre 2015 et janvier 2016, les garçons nés en vie étaient plus souvent prématurés par rapport au reste de la période d’analyse. En valeur absolue, les auteurs estiment que ce résultat se traduit par 120 naissances prématurée de garçons, soit 11% supplémentaires par rapport à la moyenne habituellement observée. L’analyse poolée sur novembre 2015 à mars 2016 confirmait cette observation, à l’inverse des tendances mises en évidence chez les filles. Cette observation n’a pas été retrouvée sur le reste du territoire. De plus, une analyse complémentaire menée en février 2015, suite aux attentats de Charlie Hebdo suggère un phénomène similaire.

Enfin, la comparaison du nombre de naissances par sexe selon leur terme a permis de remonter indirectement à l’influence potentielle de l’évènement sur le risque de perte du fœtus in utero . Ainsi, une diminution du sex ratio garçons-filles des naissances sur décembre 2015, janvier puis février 2016 a été observée par rapport à la moyenne observée habituellement (1,045).