Attaques au Sri Lanka : renforcement de la sécurité dans les hôpitaux d’État


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La sécurité a été renforcée dans les hôpitaux du Sri Lanka à la suite des attaques survenues ce week-end. Le journal Sunday Times Sri Lanka a rapporté que les médecins, les agents de santé et les visiteurs font l’objet, sans distinction, de contrôles de sécurité spéciaux.

Des centaines de personnes se font traiter pour des blessures à la suite des attaques survenues dans la matinée du dimanche 21 avril 2019. Il a été rapporté mardi que plus de 300 personnes avaient été tuées et qu’environ 500 personnes ont été blessées à la suite de la série d’explosions s’étant produites à l’intérieur d’églises et d’hôtels au moment où des chrétiens s’étaient rassemblés pour célébrer Pâques.

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a qualifié les attaques de « barbares ». « Mes pensées vont aux victimes et aux habitants du Sri Lanka. Je salue également les premiers intervenants, les agents de santé qui fournissent des soins aux blessés », a-t-il déclaré dans un tweet. 

Dans une lettre adressée au Dr Jayantha Jayatissa, président du Collège des médecins généralistes du Sri Lanka, le président de la WONCA, Donald Li, a déclaré que les médecins devront s’occuper des « conséquences désastreuses » des attaques pendant plusieurs mois voire plusieurs années à venir. « La famille entière de la WONCA est en choc face à ces massacres », a déclaré le président Li. « Nous pleurons tous ensemble en tant que famille mondiale. »