ATS 2019—Une intervention adaptée réduit le nombre de consultations aux urgences liées à l’asthme


  • Tara Haelle
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • Une intervention adaptée visant à réduire les obstacles individuels à la prise en charge de l’asthme chez l’adulte asthmatique âgé, vivant en ville, a permis de réduire le nombre de consultations aux urgences.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les taux de maîtrise insuffisante de l’asthme, d’hospitalisation et de mortalité sont plus élevés chez les adultes asthmatiques âgés (prévalence de 6 % à 8 %) que chez les adultes asthmatiques plus jeunes.

Protocole de l’étude 

  • Essai clinique comparatif randomisé pragmatique, mené auprès de 391 adultes âgés de ≥ 60 ans, atteints d’asthme persistant et non maîtrisé, vivant à New York. Les participants ont été randomisés pour recevoir soit les soins habituels (n = 136) soit une intervention visant à soutenir les comportements de prise en charge autonome de l’asthme chez les adultes âgés (Supporting Asthma self-Management Behaviors in older Adults, SAMBA), au centre médical (n = 133) ou au domicile (n = 136).
    • 56 % de patients d’origine hispanique et 31 % de patients noirs.
  • L’intervention SAMBA comprenait le dépistage des obstacles psychosociaux, physiques, cognitifs et environnementaux à la maîtrise de l’asthme et à la prise en charge autonome de l’asthme. Les patients ont bénéficié d’un accompagnateur pendant 12 mois et d’un protocole personnalisé pour atténuer ces obstacles.
  • Financement : Institut de recherche sur les résultats axés sur le patient (Patient Centered Outcomes Research Institute).

Principaux résultats 

  • Aucune différence significative en termes d’hospitalisations (1,5 % au total) ou de consultations aux urgences (10,2 %) entre les groupes avant l’intervention.
  • À 12 mois, le nombre de consultations aux urgences dans le groupe d’intervention était inférieur à celui du groupe de soins habituels (6,2 % contre 12,7 % ; p = 0,01), et la différence est demeurée significative après correction pour tenir compte du protocole de l’étude et des effets de regroupement (RR = 0,8 ; IC à 95 % : 0,6-0,99 ; p = 0,03).
  • Il faut traiter 15 patients par une intervention pour éliminer 1 consultation aux urgences liée à l’asthme (nombre de patients à traiter = 15).