ATS 2019—Les troubles respiratoires du sommeil pendant la grossesse sont associés à une glycémie élevée


  • Tara Haelle
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • Les troubles respiratoires du sommeil (TRS) maternels sont associés à une augmentation de la glycémie nocturne et peuvent rendre plus difficile le contrôle de la glycémie pendant la grossesse.

Pourquoi est-ce important 

  • Les TRS maternels augmentent avec le déroulement de la grossesse et sont associés à un risque de diabète sucré gestationnel (DSG), de sorte que les données sur le lien entre les TRS et la glycémie pourraient permettre de guider les stratégies de contrôle de la glycémie.

Protocole de l’étude 

  • Étude transversale menée auprès de 65 femmes enceintes atteintes de DSG qui ont effectué une polysomnographie et un monitorage continu du glucose pendant 72 heures.
    • Âge moyen de 35 ans, IMC moyen de 32 kg/m2, 29 semaines de gestation en moyenne, 33 % ont pris de l’insuline/la metformine. 
  • Financement : NIH.

Principaux résultats 

  • Index apnée/hypopnée (IAH) moyen de 16,1.
  • Indice moyen de désaturation en oxygène de 3,0.
  • L’IAH était en corrélation positive avec la glycémie moyenne sur 24 heures (r = 0,28 ; P = 0,04) avant une correction pour prendre en compte l’âge, l’IMC et la prise d’insuline/de metformine, mais pas après (P = 0,1).
  • L’augmentation de l’IAH a montré une association positive avec l’augmentation de la glycémie pendant le sommeil précoce (23 h à 3 h ; Β = 0,02, P = 0,04) et le sommeil tardif (3 h à 6 h ; Β = 0,02 ; P = 0,02) après une correction.
  • Aucun lien entre l’IAH et la glycémie diurne (de 8 h à 20 h) n’a été observé.
  • Modèle de prévision corrigé : Les femmes enceintes sans médication âgées de 30 ans, ayant un IAH ≥ 30 et un IMC de 30, « devraient présenter une augmentation d’environ 12 % de la glycémie nocturne moyenne », comparativement à une absence de TRS.