ATS 2019—La vaccination antigrippale chez les patients atteints d’une BPCO réduit le nombre d’hospitalisations dues à la grippe


  • Tara Haelle
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • La vaccination antigrippale a réduit de 22 % à 43 % le nombre d’hospitalisations dues à la grippe confirmée par un test de dépistage en laboratoire des patients atteints d’une BPCO, entre les saisons grippales 2010-2011 et 2015-2016.

Pourquoi est-ce important 

  • Les patients atteints d’une BPCO présentent un risque accru de morbidité due à la grippe, mais l’efficacité du vaccin antigrippal varie selon les saisons, et les données probantes sont limitées chez les patients atteints d’une BPCO.

Protocole de l’étude 

  • Étude dans laquelle les témoins étaient ceux ayant obtenu un résultat négatif au dépistage de la grippe, et portant sur 21 748 adultes âgés de ≥ 66 ans, atteints d’une BPCO diagnostiquée par un médecin, qui ont été hospitalisés au cours des saisons grippales 2010-2011 et 2015-2016 en Ontario, au Canada, et qui ont effectué un test de dépistage de la grippe en laboratoire dans les 3 jours précédant leur hospitalisation ou pendant celle-ci.
  • Le statut vaccinal concernant la grippe a été déterminé à partir des demandes de remboursement.

Principaux résultats 

  • 56 % de la population était vaccinée contre la grippe.
  • 16,7 % des adultes ont obtenu un résultat positif au dépistage de la grippe, dont 15,3 % étaient des adultes vaccinés (n = 12 174) et 18,6 % des adultes non vaccinés (n = 9 574).
  • La vaccination a réduit la probabilité d’une grippe confirmée par test de dépistage en laboratoire de 22 % (IC à 95 % : 15–27 %) après une correction pour prendre en compte les covariables, à l’instar de l’efficacité observée chez les personnes sans BPCO.
  • La deuxième analyse a été corrigée pour prendre en compte une éventuelle erreur de classification du statut vaccinal : Efficacité de 43 % (IC à 95 % : 35–52 %).
  • L’efficacité du vaccin n’a pas varié de façon significative dans les analyses des sous-groupes ou selon les facteurs liés aux patients, à la BPCO ou au prélèvement des échantillons.

Limites  

  • La confirmation du diagnostic de grippe par un test de dépistage en laboratoire pourrait sous-estimer l’incidence de la grippe.
  • Sous-représentation du statut vaccinal.
  • Possibilité de facteurs de confusion résiduels.
  • Les analyses des sous-groupes n’avaient peut-être pas la puissance statistique nécessaire.