ATS 2019—La surutilisation et le mésusage des corticoïdes inhalés sont fréquents dans le cadre de la BPCO


  • Tara Haelle
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • Près d’un tiers des patients atteints d’une BPCO qui n’ont pas d’antécédents d’exacerbation surutilisent les corticoïdes inhalés (CI), en particulier ceux qui effectuent davantage de consultations en médecine générale ou présentent une obstruction des voies aériennes plus importante.

Pourquoi est-ce important 

  • Les recommandations relatives au traitement par CI ont évolué de 2011 à 2017, ce qui a pu créer des incertitudes quant aux indications, et un surtraitement par CI augmente le risque de pneumonie pour un bénéfice minime.

Protocole de l’étude 

  • Étude transversale menée auprès de 25 814 anciens combattants atteints d’une BPCO qui ont obtenu au moins 2 fois des CI délivrés sur ordonnance sans indication appropriée dans un délai de 1 an à compter du 16 septembre 2016.
    • Les patients avaient récemment consulté pour une BPCO en étant hospitalisés ou en ambulatoire, et avaient par ailleurs effectué une spirométrie.
    • Les patients asthmatiques ou ceux qui avaient présenté ≥ 1 exacerbation en étant hospitalisés ou ≥ 2 exacerbations dans le cadre de soins ambulatoires au cours de la dernière année étaient exclus.
  • 15 centres médicaux pour anciens combattants et 100 cliniques de soins en médecine générale ont participé à l’étude dans l’ensemble des États-Unis.
  • Financement : Instituts nationaux de la santé (National Institutes of Health) et Département des Anciens combattants (Department of Veterans Affairs).

Principaux résultats 

  • 29,5 % des patients présentant une obstruction des voies aériennes (n = 16 452) surutilisaient les CI ; 70,5 % n’utilisaient pas de CI.
    • Après une correction pour prendre en compte les données démographiques, les médicaments inhalés, les comorbidités et la distance à parcourir pour se rendre à la clinique, un risque accru de surutilisation des CI a été observé à chaque consultation en médecine générale au cours de la dernière année (rapport de prévalence [RP] : 1,06 ; IC à 95 % : 1,04–1,09) et à chaque diminution de 10 points du VEMS (RP : 1,20 ; IC à 95 % : 1,16–1,23).
  • 14,2 % des patients sans obstruction des voies aériennes (n = 9 362) ont fait un mésusage des CI.
    • L’obésité, l’abus de drogue ou de médicament et un VEMS plus élevé sont associés à un risque accru de mésusage des CI.