ATS 2019—L’insuffisance cardiaque gauche est potentiellement sous-détectée chez les patients atteints d’une BPCO


  • Tara Haelle
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • Les patients atteints d’une BPCO qui démontrent une insuffisance cardiaque gauche à l’échocardiographie présentent de faibles taux de prise de médicaments pour traiter l’insuffisance cardiaque, ce qui suggère une sous-détection et un sous-traitement de l’insuffisance cardiaque.

Pourquoi est-ce important 

  • Les comorbidités cardiovasculaires aggravent la morbidité et les résultats des patients atteints d’une BPCO, mais le diagnostic d’insuffisance cardiaque gauche est difficile, car les symptômes se chevauchent avec ceux de la BPCO.

Protocole de l’étude 

  • Comparaison de l’échocardiographie et de la pharmacologie de 1 591 patients inclus dans la cohorte allemande COSYCONET, qui étaient atteints d’une BPCO et présentaient ou non une insuffisance cardiaque gauche systolique présumée, définie comme une fraction d’éjection ventriculaire gauche (FEVG) à l’échocardiographie ≤ 50 % ou un diamètre télédiastolique ventriculaire gauche (DTDVG) > 56 mm. 

Principaux résultats 

  • 54,1 % des patients présentaient une hypertension artérielle.
  • 15 % étaient atteints d’une insuffisance cardiaque systolique d’après les observations à l’échocardiographie (n = 239).
  • Le VEMS était légèrement moins bon chez les patients atteints d’une insuffisance cardiaque que chez les patients non atteints (55 % contre 58 % ; P = 0,039).
  • Par rapport aux patients sans insuffisance cardiaque, les patients atteints d’une insuffisance cardiaque affichaient les caractéristiques suivantes :
    • Prise similaire de diurétiques (21,8 % contre 17,2 % ; P = 0,099).
    • Prise accrue d’inhibiteurs du système rénine-angiotensine-aldostérone (SRAA) (50,2 % contre 42,0 % ; P = 0,029).
    • Prise accrue de bêta-bloquants (31,8 % contre 19,2 % ; P 
  • Si l’on exclut les patients atteints d’hypertension isolée, 38 % des patients ayant une FEVG ≤ 50 % et 53 % des patients ayant un DTDVG > 56 mm ne reçoivent pas de médicaments contre l’insuffisance cardiaque.