ATLAS : un traitement adjuvant par axitinib permet d’obtenir un bénéfice incertain dans le cadre du CCR à risque élevé

  • Gross-Goupil M & al.
  • Ann Oncol
  • 20 oct. 2018

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Lors de l’étude de phase III ATLAS, un traitement adjuvant par axitinib n’a pas permis d’allonger la SSM chez les patients atteints d’un carcinome à cellules rénales (CCR) nouvellement diagnostiqué et ayant fait l’objet d’une néphrectomie.
  • L’analyse des sous-groupes a révélé un avantage de SSM, selon l’évaluation des investigateurs, avec l’axitinib chez les patients présentant le risque le plus élevé de récidive (pT3 avec un grade de Fuhrman supérieur ou égal à 3, ou pT4 et/ou N+, tout T, tout grade de Fuhrman).
  • L’essai a été interrompu pour futilité lors de l’analyse intermédiaire programmée.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les patients présentant le risque le plus élevé de récidive du CCR retirent un bénéfice du traitement adjuvant.

Protocole de l’étude

  • L’étude de phase III randomisée ATLAS a été menée auprès de 724 patients atteints d’un CCR nouvellement diagnostiqué et ayant fait l’objet d’une néphrectomie, qui ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir de l’axitinib ou un placebo.
  • Financement : Pfizer Inc ; SFJ Pharmaceuticals.

Principaux résultats

  • À la date limite de collecte des données (203 événements), la SSM était statistiquement similaire dans les deux groupes (RR : 0,870 ; P = 0,3211).
  • La SSM était significativement plus longue chez les patients présentant le risque le plus élevé de récidive, selon l’évaluation des investigateurs (RR : 0,641 ; P = 0,0051), mais pas selon celle de l’examen indépendant (RR : 0,735 ; P = 0,0704).
  • Les patients des deux groupes ont présenté des taux similaires d’événements indésirables (EI) et d’EI graves.
  • Les EI de grades 3/4 (61 % contre 30 %) et les arrêts dus aux EI (23 % contre 11 %) étaient plus fréquents dans le groupe axitinib.

Limites

  • Durée de suivi limitée.
  • Les données de SG n’étaient pas arrivées à maturation.