ATACH-2 : une analyse exploratoire affine la cible optimale de PAS post-hémorragie intracrânienne

  • Gagnon C & al.
  • Cell Mol Neurobiol
  • 1 mars 1988

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Selon une analyse exploratoire de l’étude ATACH-2, une valeur de PAS moyenne de 130 mmHg dans les 2 à 24 heures suivant la survenue d’une hémorragie intracrânienne spontanée permettrait de réduire le risque d’invalidité à 90 jours (score de Rankin modifié, ou mRS de 4-6) et de limiter celui d’expansion de l’hématome.

  • Le contrôle de la pression artérielle dans les suites immédiates d’une hémorragie intracrânienne est essentiel mais les objectifs à cibler donnent encore matière à discussion, notamment afin de limiter la croissance de l’hématome. En effet, l’étude INTERACT2 menée dans un contexte clinique identique avait montré qu’un objectif tensionnel systolique fixé à 140 mmHg permettait de réduire le score de Rankin modifié, sans toutefois améliorer le critère principal de l’étude (décès ou handicap majeur). L’étude ATACH-2, qui l’avait suivie, n’avait pas permis de décrire un bénéfice thérapeutique à réduire davantage cette cible tensionnelle (110-139 vs 140-179 mmHg). Mais dans cette dernière, l’objectif tensionnel moyen atteint avait été de 120 mmHg de PAS. La cible optimale pourrait ainsi se situer entre 120 et 140 mmHg. C’est en ce sens que cette analyse exploratoire de l’étude ATACH-2 a été menée.

  • Une étude similaire, combinant les résultats des deux études ATACH-2 et INTERACT2 est en cours d’analyse. Elle permettra de mieux arrêter ces objectifs tensionnels.

Méthodologie

  • L’étude ATACH-2 était une étude menée en ouvert dans laquelle les patients ayant une hémorragie intracrânienne spontanée et une PAS≥180 mmHg ont été randomisés entre deux prises en charge : nicardipine IV avec une PAS cible de 110-139 mmHg ou un traitement standard avec une PAS cible de 140-179 mmHg. Les cibles tensionnelles devaient être atteintes dans les 2 heures suivant l’inclusion et être maintenues 24 heures. Au total, 1.000 patients avaient été recrutés.

  • Dans cette analyse exploratoire, les patients ont été catégorisés selon la valeur de leur PAS (par tranches de 10 mmHg), indépendamment de leur groupe de randomisation. L’objectif principal était d’évaluer la proportion de patients présentant un score de Rankin modifié mRS de 4-6 à 90 jours, de patients décédés et le nombre de sujets ayant présenté une expansion de l’hémorragie supérieure à 6 cm³ dans les 24 heures. La fréquence des complications cardiaques et rénales à 7 jours a aussi été évaluée.

Principaux résultats

  • L’analyse a pu être menée auprès de 995 participants de l’étude ATACH-2 (dont 379 femmes, 62,0 ans d’âge moyen). Ils ont été divisés en 5 groupes selon la valeur minimale de la PAS horaire atteinte dans les 2 à 24 heures :

  • Au cours du suivi, 18,2% ont présenté une expansion de l’hémorragie à l’imagerie. À 90 jours, le score mRS était de 4-6 chez 38,1% de la cohorte, avec 6,9% des patients la constituant étant décédés.

  • Aucune association linéaire n’a été identifiée entre le groupe de PAS auquel appartenaient les patients et le risque de score mRS 4-6 ou de décès.

  • Après ajustement multivarié, le fait d’avoir une PAS moyenne minimale de 140-150 mmHg était associé à un risque plus élevé de score mRS 4-6 par rapport au groupe 120-130 mmHg (odds ratio ou OR : 1,62 [1,02-2,58]). En revanche, aucune association avec le risque de décès n’a été identifiée.

  • Par ailleurs, le risque d’expansion de l’hématome augmentait linéairement avec le fait d’appartenir à un groupe de PAS plus élevé (p=0,013) avec un risque supérieur pour les groupes ayant une PAS moyenne minimale de 140-150 mmHg ou >150 mmHg (OR 1,80 [1,05-3,09] et 1,98 [1,12-3,51] respectivement, par rapport au groupe 120-130 mmHg.

  • Enfin, 27 et 67 sujets ont présenté des effets indésirables modérés à graves d’origine rénale et cardiaque respectivement. Après ajustement multivarié, le risque de présenter l’un ou l’autre de ce type d’évènements indésirables était inférieur pour les sujets appartenant au groupe 140-150 mmHg et au groupe >150 mmHg (OR 0,43 [0,19-0,88] et 0,44 [0,18-0,96] vs 120-130 mmHg).