Asthme sévère : quelle est la place de Xolair® ?


  • Fanny Le Brun
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié cet été une fiche de Bon usage du Médicament visant à préciser la place de Xolair ® (omalizumab) dans le traitement de l’asthme sévère.

L’omalizumab est un anticorps monoclonal humanisé se fixant de manière sélective aux immunoglobulines E (IgE) humaines. Il est indiqué à partir de 6 ans, en traitement additionnel , pour améliorer le contrôle de l'asthme chez les patients atteints d'asthme allergique persistant sévère . La fiche de la HAS rappelle ses conditions de prescription :

  • Le caractère allergique de l’asthme (dépendance aux IgE) doit avoir été mis en évidence par un test cutané positif ou une réactivité in vitro à un pneumallergène perannuel.
  • Le caractère persistant sévère de l’asthme doit se manifester par le fait que, malgré un traitement quotidien par un corticoïde inhalé à forte dose et un agoniste bêta-2 inhalé à longue durée d'action, le patient a des symptômes diurnes ou des réveils nocturnes fréquents, et des exacerbations sévères, multiples et documentées de l'asthme. De plus, à partir de 12 ans, Xolair ® ne peut être prescrit qu’en cas de réduction de la fonction pulmonaire (VEMS
  • La dénomination de « traitement additionnel » signifie que l’omalizumab doit toujours être utilisé en association avec un traitement par corticoïde inhalé à forte dose + agoniste bêta-2 inhalé de longue durée d’action.

La HAS rappelle que le diagnostic d’asthme sévère ne peut être posé qu’au terme d’une évaluation rigoureuse de 6 à 12 mois permettant notamment de vérifier le diagnostic et le traitement afin de distinguer les asthmes difficiles à traiter (par exemple, mal contrôlés en raison d’un problème d’observance, d’une mauvaise technique d’inhalation ou de comorbidités) des asthmes sévères.

La fiche de la HAS rappelle également les conditions de prescription des autres thérapies ciblées disponibles dans l’asthme en cas de maladie sévère à éosinophiles (taux d’éosinophiles sanguins ≥300/µL) : mépolizumab (à partir de 6 ans) ou benralizumab (uniquement chez l’adulte).

La HAS propose un arbre décisionnel concernant les traitements additionnels de l’asthme sévère non contrôlé :

  • En cas d’allergie respiratoire (diagnostic clinique et biologique positif à un allergène perannuel [prick test et/ou test sanguin dosant la quantité d'IgE] et IgE totales entre 30 et 1500 UI/ml) : l’omalizumab peut être prescrit.
  • En cas d’éosinophilie ≥300/μL : le mépolizumab ou le benralizumab peuvent être prescrits.
  • En cas d’asthme non allergique, non éosinophilique : pas de thérapie ciblée disponible (options thérapeutiques : corticothérapie orale à faible dose, thermoplastie).

Les thérapies ciblées doivent être réévaluées après 4 à 6 mois de traitement pour décider de leur poursuite ou non.