Assouplissement des règles pour les conducteurs diabétiques


  • JIM Vu par vos patients
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les personnes souffrant d'un diabète de type I ou II ne seront plus obligées d'obtenir l'accord d'un médecin agréé par la préfecture de police pour pouvoir prendre le volant. La Fédération française des diabétiques (FFD) a annoncé cette semaine que les conditions de validation du permis de conduire seront désormais assouplies pour ces malades.

« La démarche pourra dorénavant être faite auprès du médecin traitant », indique Gérard Raymond, son président. Il se félicite d'une « simplification importante pour les patients, qui se sentaient parfois montrés du doigt par cette mesure ». Elle s'explique par le danger que peut représenter la maladie sur la route. Un diabète déséquilibré et une hypoglycémie peuvent être à l'origine de malaises. Les complications chroniques de la maladie, telles que rétinopathies, atteintes vasculaires, cérébrales, coronariennes, rendent également la conduite plus risquée. Enfin, les traitements du diabète sont susceptibles d'entraîner des altérations transitoires de la conscience ou interagir avec d'autres classes de médicaments et augmenter le risque de malaise ou de coma hypoglycémique.

Les conditions de l'assouplissement, négocié depuis une dizaine d'années par la FFD, doivent encore être précisées par une circulaire du ministère de la Santé. La Fédération milite sur la levée d'autres mesures restrictives comme l'interdiction pour un diabétique d'exercer certains métiers, comme marin, personnel navigant, policier ou gendarme. Elle argue que les progrès technologiques et thérapeutiques des dernières années améliorent nettement la prise en charge médicale des patients et prend exemple sur plusieurs pays étrangers : ainsi au Canada, un diabétique peut être pilote de ligne et, aux États-Unis, il peut embrasser la profession de pompier sous certaines conditions.

Rappelons que quelque 3,7 millions de patients sont actuellement traités en France pour des diabètes de type I ou II et on estime qu'ils seront plus de 4 millions d'ici 2020.