Associé au cabazitaxel, le carboplatine prolonge la SSP dans le cadre de la variante agressive du CPRC

  • Corn PG & et al.
  • Lancet Oncol
  • 9 sept. 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’ajout du carboplatine au cabazitaxel est sûr et associé à une amélioration de la SSP, chez les hommes atteints d’un cancer de la prostate résistant à la castration métastatique (CPRCm), en particulier ceux souffrant d’une variante agressive du carcinome de la prostate (VACP).
  • La VAPC a été identifiée au moyen de critères moléculaires, une signature avec des anomalies au niveau d’au minimum 2 des gènes TP53, RB1 et PTEN.

Pourquoi est-ce important ?

  • Une évaluation de la phase III est justifiée.

Protocole de l’étude

  • Phase I : 9 patients atteints d’un CPRCm progressif ont reçu du cabazitaxel.
  • Phase 2 : 160 patients atteints d’un CPRCm progressif ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir du cabazitaxel, avec ou sans carboplatine.
  • Financement : Sanofi Genzyme ; autres.

Principaux résultats

  • La phase I n’a montré aucune toxicité limitant la dose. Les événements de grade 3 comprenaient l’anémie, la fatigue, la thrombopénie, l’hypomagnésémie et la diarrhée. La dose maximale tolérée était de 25 mg/m2.
  • La durée de suivi médiane en phase II était de 31,0 mois.
  • L’association cabazitaxel et carboplatine a significativement amélioré la SSP médiane (7,3 mois contre 4,5 mois ; rapport de risque [RR] : 0,69 ; P = 0,018), mais pas la SG (P = 0,50).
    • VACP : prolongation de la SSP médiane (6,0 mois contre 2,2 mois ; P = 0,00033) et de la SG (17,4 mois contre 9,9 mois ; P = 0,0024).
    • Sans VACP : aucun avantage en termes de SSP (P = 0,74) ou de SG (P = 0,19).
  • L’association cabazitaxel et carboplatine était plus susceptible de donner lieu à une >baisse de 50 % du taux d’antigène prostatique spécifique (Prostate-Specific Antigen, PSA ; rapport de cotes [RC] : 2,53 ; P = 0,016) ou de la phosphatase alcaline osseuse spécifique (RC : 3,92 ; P = 0,0033).
  • Les toxicités de grade 3 à 5 étaient plus élevées avec le traitement combiné et comprenaient, le plus souvent, la fatigue (20 % contre 9 %) et l’anémie (23 % contre 4 %).
    • Aucun décès lié au traitement n’a été rapporté.

Limites

  • Protocole en ouvert.