Association entre l’utilisation de thiazide et le risque de fractures chez les patients atteints d’une démence


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle étude a révélé que l’utilisation de thiazide à long terme est associée à une réduction du risque de fractures à basse énergie (FBE) chez les personnes non institutionnalisées atteintes de la maladie d’Alzheimer (MA). 

L’étude, conduite par l’Université de Finlande orientale, a comparé 10 416 personnes non institutionnalisées diagnostiquées de la MA qui avaient subi une FBE à 31 099 témoins appariés sans fracture. Une utilisation de thiazide au moment de l’étude a été observée chez 10,5 % des cas de FBE et chez 12,5 % des témoins. 

Les chercheurs ont découvert que l’utilisation de thiazide au moment de l’étude était associée à une diminution du risque de FBE (rapport de cotes corrigé [RCc] : 0,83 ; IC à 95 % : 0,77–0,88). Lorsque l’utilisation de thiazide au moment de l’étude a été évaluée en fonction de la durée d’utilisation, seule une utilisation dépassant trois ans a été associée à une réduction du risque de fractures. L’association de l’utilisation du thiazide et de la réduction du risque de fractures a disparu environ un mois après l’arrêt du traitement. 

Selon les auteurs, qui ont présenté leurs conclusions dans la revue Osteoporosis International, les résultats « pourraient avoir des implications pour le choix des antihypertenseurs dans ce groupe de patients vulnérables ayant un risque de chutes et de fractures de base accru en raison de leur démence ».