Association entre antipsychotiques et insuffisance respiratoire aiguë chez les patients atteints de BPCO

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement
Selon une nouvelle étude publiée en ligne dans JAMA Psychiatry, le traitement antipsychotique pourrait avoir un « effet respiratoire indésirable potentiellement mortel ».

Dans l’étude basée sur la population menée auprès de 5 032 patients atteints de BPCO, le recours aux médicaments antipsychotiques s’est avéré multiplier par 1,66 le risque d’insuffisance respiratoire aiguë (IRA) chez les patients atteints de BPCO. Une tendance dose-dépendante a été identifiée, le risque étant multiplié par 1,52 à des doses quotidiennes faibles et par près de 4 à des doses élevées.

Le risque a été observé avec des agents typiques et atypiques, mais variait en fonction des différents médicaments. Le risque d’IRA était multiplié par plus de deux avec l’halopéridol et la rispéridone. La chlorpromazine et la thioridazine ne semblaient pas augmenter le risque de manière significative...