ASRM 2019 — Le diagnostic génétique préimplantatoire n’endommage pas les embryons


  • Daniel M. Keller, Ph.D
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le diagnostic génétique préimplantatoire des aneuploïdies (DGP-A) est sûr pour l’embryon et n’élimine pas ceux qui pourraient être implantés et se développer normalement.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des préoccupations subsistent quant au fait que la biopsie de trophoblaste réalisée dans le cadre du DGP-A pourrait endommager les embryons et provoquer l’élimination de ceux ayant un potentiel reproducteur significatif. L’étude montre que ces préoccupations ne sont pas fondées.

Protocole de l’étude

  • Étude prospective, en aveugle, sans critère de sélection.
  • Comparaison du taux d’implantation soutenue (TIS) dans le groupe de l’étude, par rapport à un groupe témoin recevant un transfert d’embryon n’ayant pas fait l’objet d’une biopsie/d’un DGP-A.
  • Évaluation de la fiabilité du DGP-A dans la prévision des résultats cliniques (réalisée uniquement après la connaissance du résultat clinique).
  • Tous les embryons des participantes (premier cycle de fécondation in vitro) ont fait l’objet d’une injection intracytoplasmique de spermatozoïdes, d’une culture à l’étape blastocyste, d’une biopsie et d’une congélation, suivies d’un transfert d’embryon unique (TEU) sur le cycle suivant.
  • Soutien : IVI America et Fondation pour la compétence embryonnaire (Foundation for Embryonic Competence).

Principaux résultats

  • TEU n = 440 pour le groupe de l’étude apparié selon l’âge à 957 témoins.
  • TIS : groupe de l’étude 49,2 % contre 52,2 % pour les témoins (RC : 0,85 ; IC à 95 % : 0,65–1,1 ; P = 0,33).
  • Valeur prédictive du DGP-A pour l’accouchement : euploïdie, 64,9 % ; aneuploïdie, 0 % (IC à 95 % : 0–2,4 %).

Limites

  • L’étude ne disposait pas de la puissance statistique suffisante pour évaluer l’aneuploïdie en mosaïque, l’aneuploïdie segmentaire ou l’aneuploïdie segmentaire en mosaïque.
  • Les résultats s’appliquent uniquement à ce test pour la ploïdie (NexCCS de la Fondation pour la compétence embryonnaire [Foundation for Embryonic Competence]).