Aspirine en prévention secondaire des cancers : analyses préliminaires de sa tolérance

  • Joharatnam-Hogan N & al.
  • Lancet Gastroenterol Hepatol
  • 1 nov. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Des études ont montré que l’aspirine pourrait limiter le développement de tumeurs et de métastases et augmenter l’espérance de vie des sujets souffrant de cancers gastro-oesophagiens et colorectaux. Le protocole Add-Aspirin comprend quatre études de phase 3, randomisées et contrôlées évaluant l’effet d’une prise quotidienne d’aspirine sur la récidive et la survie post-chirurgie ou radiothérapie de différents cancers : gastro-oesophagien, colorectal, sein et prostate. Les résultats préliminaires de la phase initiale évaluant la prise quotidienne de 100 mg d’aspirine durant 8 semaines montrent que 95% des participants avaient une bonne observance et que l’aspirine était bien tolérée. Ces résultats sont encourageants car de récentes données indiquent que dans ce contexte, les risques de saignements sous aspirine sont plus fréquents les premiers mois de traitement et diminuent avec le temps. Les résultats finaux de cette étude sont cependant attendus.

Méthodologie

Des patients traités pour cancer par chirurgie ou radiothérapie ont été randomisés ainsi : les sujets de moins de 75 ans ont reçu de l’aspirine à raison de 100 ou 300 mg/jour ou un placebo (1:1:1), et les sujets de plus de 75 ans de aspirine 100 mg ou un placebo (2:1). Avant la randomisation, une phase initiale était prévue de 8 semaines durant laquelle les patients devaient prendre 100 mg d’aspirine par jour. Ce sont les résultats de tolérance de la l'aspirine lors de cette première phase qui sont présentés ici.

Principaux résultats

Au total 2.494 sujets ont été inclus (115 cancers gastro-oesophagiens, 950 cancers colorectaux, 1.675 cancers du sein et 754 cancers de la prostate). À la fin de la période de stabilisation de 8 semaines sous aspirine 100 mg/j, 95% des patients prenaient 6 à 7 comprimés par semaine. Sur l’ensemble des analyses, 0,5% ont signalé une toxicité de grade 3 mais aucun saignement gastrointestinal de grade 3 ou plus. Les effets indésirables les plus fréquents étaient de grade 1 ou 2, et le plus fréquent d’entre eux était la dyspepsie (11% de l’ensembles de patients).