ASM Microbe 2019 — Résistance aux antibiotiques : les végétaux sont aussi un motif d’inquiétude


  • Emily Willingham, PhD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • Tout comme les aliments d’origine animale, les aliments d’origine végétale peuvent conférer une résistance aux souches microbiennes intestinales, d’après les résultats obtenus chez la souris qui ont été présentés lors du congrès ASM Microbe 2019.
  • Les auteurs recommandent vivement de s’attaquer à la résistance d’origine alimentaire dans toutes les composantes de la chaîne alimentaire, y compris les végétaux.

Pourquoi est-ce important 

  • Le bétail est un vecteur connu de gènes de résistance aux antibiotiques, mais le rôle des végétaux n’est pas clair.
  • Selon les auteurs, les végétaux cultivés pour la consommation humaine sont souvent fertilisés avec des produits provenant de bétail nourri aux antibiotiques.
  • Les CDC calculent actuellement le nombre annuel d’infections résistantes aux antibiotiques liées à l’agriculture en se basant uniquement sur la transmission par des vecteurs animaux.

Principaux résultats

  • Selon ces auteurs, les bactéries présentes sur les aliments végétaux pourraient coloniser l’intestin après avoir été ingérées.
  • Les traitements antibiotiques et antiacides, et les types d’aliments accompagnant l’ingestion ont influencé la capacité de colonisation.
  • La laitue était l’aliment végétal utilisé dans cette étude, et les feuilles avaient été exposées à une contamination par Escherichia coli.

Protocole de l’étude 

  • Les chercheurs ont nourri des souris avec de la laitue contaminée et analysé la capacité des bactéries résistantes à coloniser l’intestin après l’ingestion et dans diverses conditions (p. ex., traitement antibiotique).
  • Ils ont utilisé des échantillons de selles pour quantifier la colonisation bactérienne.

Limites 

  • L’étude a été réalisée sur des souris et les résultats ont été présentés lors d’une conférence sans examen par des pairs.