ASM Microbe 2019 — L’entérovirus reste un candidat de choix pour diagnostiquer la myélite flasque aiguë


  • Emily Willingham, PhD
  • Actualités des congrès
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • Bien que l’ARN d’entérovirus (EV) ne soit que rarement détecté dans le système nerveux central d’enfants atteints d’une myélite flasque aiguë (MFA), des anticorps dirigés contre le genre EV sont présents dans la plupart des échantillons de liquide céphalorachidien (LCR).
  • La positivité aux anticorps anti-EV est plus rare dans d’autres maladies neurologiques.

Pourquoi est-ce important 

  • L’agent responsable des flambées bisannuelles de MFA aux États-Unis n’a pas été identifié.
  • L’absence d’ARN d’EV dans le liquide céphalorachidien et sa présence limitée dans d’autres échantillons de tissu a laissé ouverte la question de savoir si les EV sont ou non responsables.

Principaux résultats

  • Ces auteurs ont identifié des anticorps anti-EV dans 21/29 (72 %) des échantillons issus de patients atteints d’une MFA, comparativement à 7/71 (9,9 %) des échantillons issus de patients atteints d’autres maladies neurologiques.
  • Le séquençage de nouvelle génération n’a toujours pas détecté d’ARN d’EV dans les échantillons de LCR de ces patients.

Protocole de l’étude 

  • Les chercheurs ont analysé le LCR de 29 enfants atteints d’une MFA et de 71 enfants atteints d’autres maladies neurologiques.

Limites 

  • Ces résultats ont été présentés lors d’une conférence, sans examen par des pairs.
  • Le lien de causalité n’est toujours pas établi.