ASH 2020 — LMA : l’origine ethnique noire est associée à une survie défavorable

  • Bhatnagar B & al.
  • Cancer Discov
  • 4 déc. 2020

  • Par Pavankumar Kamat
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’origine ethnique noire est un facteur de risque clé de survie défavorable chez les patients atteints d’une leucémie myéloïde aiguë (LMA).

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats suggèrent que plusieurs facteurs entrent en jeu et ont un impact sur les disparités de survie, en particulier chez les patients atteints d’une LMA plus jeunes et d’origine ethnique noire.

Méthodologie

  • Une analyse populationnelle a inclus 11 190 adultes âgés de 18 à 60 ans qui avaient reçu un diagnostic de LMA entre 1986 et 2015, identifiés dans la base de données du programme Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance, Epidemiology, and End Results, SEER).
  • Un profilage mutationnel a été réalisé pour 1 339 patients qui recevaient des protocoles initiaux de l’Alliance pour les essais cliniques en oncologie (Alliance for Clinical Trials in Oncology, ou Alliance). 
  • Financement : Institut national américain du cancer (National Cancer Institute) ; autres.

Principaux résultats

  • Bien qu’une amélioration de la survie globale (SG) ait été observée au cours des 30 dernières années, les disparités de survie entre les patients d’origine ethnique noire et blanche se sont accentuées au fil du temps (P 
  • Une différence significative a été identifiée au niveau de la survie entre les patients d’origine ethnique noire et blanche au cours de la période 1996–2005 (P = 0,004).
  • Les patients atteints d’une LMA plus jeunes et d’origine ethnique noire ont obtenu une survie moins favorable que les patients atteints d’une LMA plus jeunes et d’origine ethnique blanche.
  • Chez les patients d’origine ethnique noire, comparativement à ceux d’origine ethnique blanche, recevant les protocoles Alliance :
    • La survie sans maladie (SSM) médiane était de 0,8 an, contre 1,4 an (P = 0,02).
    • La SG médiane était de 1,2 an, contre 1,8 an (P = 0,02).
  • Les mutations FLT3-ITD et IDH2 étaient associées à un risque de mortalité plus élevé chez les patients d’origine ethnique noire.

Limites

  • Les différences au niveau des soins de suivi entre les patients d’origine ethnique noire et blanche n’ont pas été évaluées.