ASH 2019 — Macroglobulinémie de Waldenström : l’association idélalisib et obinutuzumab démontre une activité


  • W. Todd Penberthy, Ph.D.
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association idélalisib et obinutuzumab démontre une activité clinique, avec un taux de réponse objective de 90 % chez les patients atteints d’une macroglobulinémie de Waldenström en rechute/réfractaire.

 Pourquoi est-ce important ?

  • La macroglobulinémie de Waldenström continue d’être associée à des résultats défavorables, malgré l’autorisation récente par la FDA de l’ibrutinib, un inhibiteur de la tyrosine kinase. 
  • L’idélalisib, un inhibiteur de la voie de la phosphatidylinositol 3-kinase, a récemment démontré un taux de réponse objective de 80 %.
  • Il s’agit de la première étude visant à évaluer une association innovante sans chimiothérapie, à base d’idélalisib et d’obinutuzumab.

Protocole de l’étude

  • Analyse intermédiaire de l’essai de phase II Filo.
  • 49 patients atteints d’une macroglobulinémie de Waldenström en rechute/réfractaire ont reçu 150 mg d’idélalisib deux fois par jour et une dose progressive d’obinutuzumab allant jusqu’à 1 000 mg pendant un total de 6 cycles de 28 jours lors de la phase d’induction.
  • L’idélalisib a été poursuivi au cours de la phase d’entretien, pendant une période de 2 ans maximum.
  • Financement : Janssen.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 18,3 mois (intervalle : 14,9–23).
  • Le taux de réponse globale était de 90 % et le taux de réponse majeure était de 76 % (très bonne réponse partielle : 8 % ; réponse partielle : 68 % ; réponse minimale : 14 %).
  • La SSP médiane était de 25,2 mois. 
  • Le taux de SG à 1 an et à 2 ans était de 98 % (IC à 95 % : 94 %–100 %) et de 85 % (IC à 95 % : 69 %–100 %), respectivement. 
  • La durée de réponse médiane était de 21,8 mois.
  • 35 patients ont présenté au moins 1 événement indésirable de grade supérieur ou égal à 3 ou événement indésirable grave.
  • Les événements indésirables les plus fréquents étaient les suivants : hépatotoxicité, diarrhée, infections, maladie cutanée, neutropénie, anémie et thrombopénie.
  • L’étude est actuellement menée auprès des 29 patients ayant intégré la phase d’entretien.

Limites

  • Aucun comparateur.
  • Ces résultats doivent être confirmés lors de l’analyse finale.