ASCO : un traitement adjuvant par mFOLFIRINOX doit être privilégié dans le cadre du cancer du pancréas

  • Khorana AA & al.
  • J Clin Oncol
  • 10 juin 2019

  • Oncology guidelines update
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une mise à jour des recommandations de la Société américaine d’oncologie clinique (American Society for Clinical Oncology, ASCO), relatives à l’adénocarcinome pancréatique potentiellement curable, intègre des données sur la chimiothérapie adjuvante qui pourraient influencer la pratique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette mise à jour intègre les données de l’essai PRODIGE 24/CCTG PA.6, qui a été présenté lors de l’ASCO 2018.

Points clés

  • Chez les patients atteints d’un adénocarcinome pancréatique réséqué qui n’ont pas fait l’objet d’un traitement néoadjuvant, un schéma thérapeutique de six mois de chimiothérapie adjuvante doit être envisagé, excepté en cas de contre-indications chirurgicales ou médicales.
  • L’étude PRODIGE 24/CCTG PA.6 (N = 493) a démontré l’existence d’un avantage en termes de SG (rapport de risque [RR] : 0,66 ; IC à 95 % : 0,49–0,89) associé à un schéma d’association modifié à base de 5-fluorouracile, d’oxaliplatine et d’irinotécan (mFOLFIRINOX), comparativement à la gemcitabine.
  • En l’absence d’inquiétudes concernant la toxicité ou la tolérance, le schéma privilégié est mFOLFIRINOX, composé d’oxaliplatine à 85 mg/m2, de leucovorine à 400 mg/m2, d’irinotécan à 150 mg/m2 au jour 1, et de 5-FU à 2,4 g/m2 pendant 46 heures tous les 14 jours pendant 12 cycles.
  • Les alternatives thérapeutiques sont l’association gemcitabine et capécitabine, la gemcitabine seule, ou l’association fluorouracile et acide folinique seul.
  • La solidité des données probantes pour ces recommandations est forte, avec des données probantes de haute qualité.