ASCO-SITC 2019—L’association NKTR-262 + bempégaldesleukine donne de bons résultats dans l’étude REVEAL sur les tumeurs solides


  • Melissa Pandika
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le traitement en doublet à base de NKTR-262 et de bempégaldesleukine (NKTR-214) a démontré une activité préliminaire et a été associé à des effets immunologiques locaux et systémiques chez des patients présentant des tumeurs solides à un stade avancé/métastatique.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des options immunothérapeutiques efficaces sont nécessaires pour le traitement des tumeurs réfractaires.
  • NKTR-262 est un agoniste des récepteurs 7/8 de type Toll (Toll-Like Receptor, TLR) ; la bempégaldesleukine est un agoniste de la voie de l’interleukine-2 (IL-2) à préférence pour CD122.

Protocole de l’étude

  • Données intermédiaires provenant des 4 premières cohortes à dose progressive de l’essai de phase Ib/II REVEAL.
    • Phase Ib :
      • Dose progressive 3 + 3.
      • Des patients en rechute/réfractaires à > 1 inhibiteur du point de contrôle ont reçu des doses croissantes de NKTR-262 intratumoral, suivies d’un traitement en doublet à base de NKTR-262 intratumoral et d’une dose fixe (0,006 mg/kg) de bempégaldesleukine par voie intraveineuse toutes les 3 semaines.
      • Objectifs :
        • Évaluer la sécurité d’emploi, l’efficacité et les biomarqueurs de corrélation.
        • Déterminer la dose recommandée pour la phase II.
    • Extension de la phase II pour tester l’association NKTR-262 + bempégaldesleukine + nivolumab en lignes de traitements précoces dans le cadre de cas en rechute/réfractaires.
  • Financement : Nektar Therapeutics.

Principaux résultats

  • 13 patients avaient reçu > 1 cycle de l’association NKTR-262 + bempégaldesleukine au 23/01/2019.
  • Une toxicité systémique transitoire et principalement légère a été observée ; 1 patient a présenté une éruption cutanée de grade 3.
  • L’analyse de l’expression génique des biopsies tumorales a indiqué que NKTR-262 stimule l’activation locale du système immunitaire inné, alors qu’une analyse similaire réalisée dans le cadre de l’essai EXCEL a indiqué que la bempégaldesleukine stimule l’activation du système immunitaire adaptatif.
    • Cela suggère un effet non chevauchant et synergique, induisant une réponse abscopale et une immunité tumorale systémique.
  • 2/5 patients atteints d’un mélanome, tous deux réfractaires aux inhibiteurs du point de contrôle immunitaire, présentent une réponse partielle continue.

Limites

  • L’augmentation de la dose est en cours.
  • Les données sur les patients atteints d’un mélanome sont prometteuses, mais restent préliminaires.

Commentaires des experts

  • « Les réponses confirmées chez 2 des 5 patients atteints d’un mélanome sont encourageantes, mais je tiens à attirer l’attention sur le fait que 2 sur 5 ne signifie pas nécessairement 40 sur 100. Je pense que nous avons besoin de données plus matures pour voir ce qu’il en est, mais cela démontre sans aucun doute une validation de principe. Dans une population de patients très difficile à traiter, ce résultat précoce nous donne la confiance requise pour continuer avec ce traitement », a déclaré le Dr Shailender Bhatia, maître de conférence dans le service d’oncologie médicale de la faculté de médecine de l’Université de Washington (University of Washington), qui n’était pas impliqué dans l’essai.