ASCO-SITC 2019—L’association lenvatinib + pembrolizumab engendre un TRO de 25 % dans le cadre du cancer urothélial avancé


  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’association lenvatinib et pembrolizumab a démontré une activité dans un essai de phase Ib/II mené auprès de patients présentant un cancer urothélial avancé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le cancer urothélial représente > 90 % des cancers de la vessie.
  • Les inhibiteurs de la tyrosine kinase, comme le lenvatinib qui a démontré une activité dans le cadre du cancer urothélial, peuvent inverser l’environnement immunosuppresseur qui résulte en un échec de l’immunothérapie.
  • Les résultats suggèrent de mener de plus amples recherches sur l’association lenvatinib + pembrolizumab dans ce contexte.

Protocole de l’étude

  • Étude de phase Ib/II multicentrique et menée en ouvert.
  • Des patients atteints d’un cancer urothélial métastatique ont reçu 20 mg/jour de lenvatinib par voie orale + 200 mg de pembrolizumab toutes les 3 semaines par voie intraveineuse.
  • Critère d’évaluation principal : Le taux de réponse objective (TRO) à la semaine 24 était basé sur les critères RECIST associés à l’immunité (irRECIST).
  • Financement : Eisai Inc.

Principaux résultats

  • 20 patients étaient inclus à la date seuil du 1/3/2018.
    • 11 et 5 patients avaient reçu 1 et 2 lignes de traitements anticancéreux antérieurs, respectivement.
    • Aucun n’avait reçu d’immunothérapie antérieure.
  • TRO à la semaine 24 : 25 % (IC à 95 % : 8,7–49,1 %).
  • SSP médiane (selon les critères irRECIST) : 5,4 mois (IC à 95 % : 1,3–non estimable).
    • Suivi médian pour la SSP : 11,7 mois (IC à 95 % : 2,7–17,7).
  • 4 patients (3 sont toujours dans l’étude) sont restés en rémission complète.
  • 18 patients ont présenté > 1 événement indésirable associé au traitement (EIAT).
    • Les EIAT tous grades confondus les plus fréquents étaient : protéinurie, diarrhée, fatigue, hypertension, hypothyroïdie.

Limites

  • 1 EIAT mortel (hémorragie gastro-intestinale).