ASCO-GU 2020 — CCR à cellules claires : un médicament innovant se montre prometteur pour les cas avancés


  • Pavankumar Kamat
  • Univadis
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • MK-6482, un nouvel inhibiteur du facteur inductible par l’hypoxie-2 alpha (Hypoxia-Inducible Factor 2-Alpha, HIF-2α) a démontré un profil de sécurité d’emploi favorable et une activité prometteuse chez des patients lourdement prétraités atteints d’un carcinome à cellules rénales (CCR) avancé à cellules claires. 

Pourquoi est-ce important ?

  • Le médicament cible HIF-2α, une protéine favorisant l’angiogenèse qui alimente les tumeurs rénales. Cette protéine n’était auparavant pas considérée comme une cible thérapeutique potentielle.

Protocole de l’étude

  • Dans le cadre de cette étude de phases I/II, 55 patients atteints d’un CCR avancé à cellules claires préalablement traité ont reçu MK-6482 par voie orale une fois par jour.
  • Le critère d’évaluation principal était la sécurité d’emploi, et les critères d’évaluation secondaires comprenaient plusieurs mesures de l’efficacité.
  • Financement : MSD.

Principaux résultats

  • Quatre patients sont décédés à la suite d’événements liés à la maladie, et aucun décès n’était dû à un événement lié au traitement.
  • 65 % des patients ont présenté des événements indésirables de grades 3–5, et 5 patients ont dû faire l’objet d’une réduction posologique en raison d’une toxicité.
  • Des réponses partielles ont été observées chez 2 des 5 patients à risque favorable, 10 des 40 patients à risque intermédiaire, et 1 des 10 patients à risque défavorable.
  • Le taux de réponse globale était de 24 %, et le taux de bénéfice clinique (maladie stable et maladie ayant répondu) était de 80 %.
  • La durée médiane de la réponse n’a pas été atteinte ; 81 % des patients ont obtenu une réponse estimée supérieure à 6 mois, et 29 % ont poursuivi le traitement au-delà de 12 mois.
  • La survie médiane sans progression était de 11 mois.

Limites

  • Échantillon de petite taille.

Commentaire d’expert

Dr Monty Pal, docteur en médecine, spécialiste du CCR au Centre de cancérologie générale City of Hope (City of Hope Comprehensive Cancer Center) de Duarte, en Californie, a déclaré : « Le taux de réponse est extraordinaire, compte tenu des lignes de traitement antérieures. »